Critique : Les Schtroumpfs

Julio Lopez | 3 août 2011
Julio Lopez | 3 août 2011

Il faut croire que ma critique de Big Mamma 3 ou mes récents tests Blu-ray de Last night ou Les Voyages de Gulliver n'ont pas eu l'effet escompté puisqu'on m'envoie faire un papier sur Les Schtroumpfs. Pour apprécier mon avis à sa juste valeur (en l'occurrence, pas grand-chose car c'est un peu comme si on demandait à Miley Cyrus de parler de Tree of life), il me paraît nécessaire de préciser que je ne suis pas fan de la BD et que la schtroumpfette n'a jamais été l'objet de mes fantasmes. Je me suis juste demandé plusieurs fois si elle portait une culotte blanche (oui on confirme / NDLR) et si elle était une vraie blonde, rien de plus. Mais de ce que je sais, les aventures des schtroumpfs se déroulaient dans une forêt alors rien que de voir l'affiche avec New York en fond, j'ai envie d'imiter Arnold (sans Willy) et de dire : « Mais qu'est-ce que tu me racontes là ? »

Grâce à un portail magique, les schtroumpfs débarquent à Central Park au bout de 10 minutes et on se retrouve devant un énième schéma « les héros débarquent dans un monde hostile mais grâce à de belles rencontres, tout finira par s'arranger ». Le mois dernier, on a eu Case départ dans le même genre. Sauf que les Schtroumpfs s'adressent aux enfants de 6 à 9 ans et que tout doit être ultra-formaté pour leur plaire. Et à voir les réactions dans la salle, ça marche même si on peut reprocher une durée excessive d'1h44 - qui ne m'a pas dérangé plus que cela vu que j'ai dormi une demi-heure environ. Notez mon honnêteté alors que d'autres mettent 5/10 au Moine en ayant pioncé la moitié du temps (on veut des noms / NDLR). Impossible donc de se défouler ou de vous sortir un papier délirant, car Les Schtroumpfs n'est pas la série Z que j'espérais ou redoutais à la fois. Je me suis même dit que je trouvais les adaptations au cinoche d'Astérix plus mauvaises (et là je suis fan de la BD). C'est une grosse production propre, suffisamment scato et niaise pour émouvoir les petits, et cela ne mérite pas un torrent de haine ou d'anti-américanisme primaire.

Deux remarques, cependant. La première, c'est que vous aurez l'air d'un pédophile si vous êtes seul à aller voir Les Schtroumpfs. J'ai pensé cela de l'autre adulte seul présent lors de la projection, et il a probablement pensé la même chose de moi. La seconde, c'est qu'on ne voit pas la culotte de la schtroumpfette (puisqu'on te dit qu'elle est blanche / NDLR) malgré un hommage à 7 ans de réflexion (la jupe qui vole). Et puis j'en rajoute une troisième parce que ça n'a pas arrêté de me perturber : pourquoi Gargamel court-il comme s'il venait de passer un quart d'heure à se faire schtroumpfer à sec par Rocco Siffredi ?? Si vous avez la réponse, n'hésitez pas à nous écrire.

 

Ah oui et puis rien à dire sur la 3D car je l'ai vu en 2D (pas fou !)

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire