Critique : Mike

Laurent Pécha | 20 juin 2011
Laurent Pécha | 20 juin 2011

Inspiré mais jamais tiré d'un fait divers à la fois tragique et pathétique, Mike est le premier film d'un jeune cinéaste allemand qui a de toute évidence un univers singulier. Si Lars Blumer n'arrive pas à nous y entraîner pleinement, les promesses sont bien là et le plaisir pris à la découverte de cette première œuvre cinématographique est réel.

Et pour cause, le jeune homme possède l'art de bien présenter ses personnages et leur monde bien dans l'air du temps, celui de la crise économique où les petits gens ont bien du mal à espérer que le bonheur puisse frapper à leur porte. Alors, ces gens là et notamment les jeunes dont Mike est ici le fer de lance, prennent leur destin entre leurs mains et font ce qu'ils peuvent en marge de la loi pour tracer leur voie. Entre petits boulots merdiques, glande avec ses potes dans un garage-bidonville, et drague bien maladroite, l'univers de Mike ne fait pas rêver et Blumer le montre bien en employant un humour absurde qui fait souvent mouche.

Grâce à un Marc-André Grondin rendant bien attachant un personnage que l'on aurait pu très vite détester à l'image de son comportement souvent très égoïste et irresponsable, Blumer dresse un portrait sonnant fort juste d'une jeunesse désœuvrée qui a bien du mal à échapper à une fatalité bien sombre. Croquant avec une vraie réussite de bons seconds rôles à l'image d'un Eric Elmosnino en flic humain vivant plus que mal sa séparation conjugale, le réalisateur parvient garder un ton tragi-comique qui sied bien au récit jusqu'à un dénouement sobre mais touchant. De belles promesses pour l'avenir !

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire