Critique : Treize à la douzaine

Stéphane Argentin | 23 avril 2009
Stéphane Argentin | 23 avril 2009

Bien que Treize à la douzaine soit un remake d'un film de 1950, la présence de Steve Martin à la tête de cette joyeuse troupe de bambins fait davantage penser à une variante XXXL du Portrait craché d'une famille modèle, de Ron Howard. Le film s'écarte assez peu des nombreux autres divertissements familiaux, tant la recette est aussi simple et prévisible qu'elle est imparable. En propos sous-jacents, famille, donc, mais aussi travail, soit les valeurs traditionnelles, les deux piliers fondateurs de toute société, et pas seulement américaine, avec à la clé LA question épineuse : comment parvenir à concilier les deux ?

Assez touchant dans sa façon d'aborder le problème, Treize à la douzaine n'en aboutit pas moins à la seule et unique réponse possible : tout simplement mettre chacun un peu d'eau dans son vin. En portant au plus haut degré de complexité les données de l'équation (mère partie à l'autre bout du pays, laissant le père avec deux énormes teams sur les bras), la solution du problème ne semblait pourtant pas si triviale, mais donne les cartes qu'il faut au film pour foncer à bride abattue dans le registre comique.

Déjà qu'un marmot à surveiller c'est pas toujours facile, alors imaginez un peu douze en même temps ! Le doux nid familial prend rapidement des allures de champ de bataille. Et si Treize à la douzaine n'y va pas vraiment avec le dos de la cuillère dans ce domaine, ce n'est que pour mieux farter la piste à un Steve Martin, 60 ans au compteur, toutes ses dents et surtout encore tout le juice nécessaire pour nous faire rire, petits et grands, comme lui seul et quelques rares autres (Billy Crystal ?) en ont toujours le secret depuis plus de trente ans. Alors oui, le ton du film est léger, oui, les blagues sont très enfantines, mais au moins on s'amuse et on rit, sans s'ennuyer devant ce spectacle à la fois drôle et touchant, et c'est bien là le plus important.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire