Morning glory : Critique

Laurent Pécha | 6 avril 2011
Laurent Pécha | 6 avril 2011

Au moment où l'on avait abandonné l'idée de voir Harrison Ford drôle et bon acteur dans une comédie, le voilà qui nous fait bigrement mentir avec  Morning glory. Dans un rôle de présentateur vedette aigri et méprisant qui lui va comme un gant (suffit de passer quelques minutes avec lui en interview pour se rendre à l'évidence), Indy joue sur du velours. Monsieur bougon, il sait le faire mieux que personne et il ne s'en prive pas ici.

 

La bonne idée du scénario, c'est de lui avoir mis dans les pattes, son total opposé : Rachel McAdams. Une boule d'énergie au regard pétillant et au sourire angélique qui donne au film du réalisateur de Coup de foudre à Notting Hill des allures de screwball comedy moderne mixé avec les recettes du buddy movie. Car, point de romance ici entre nos deux protagonistes principaux mais ce canevas toujours aussi savoureux de deux personnes que tout oppose idéologiquement mais qui vont finir par se comprendre et s'apprécier.

 

 

L'autre excellent atout du film provient de sa capacité à mener de front son récit classique avec les rebondissements inhérents au genre en soignant tout particulièrement son cadre (on est vraiment au cœur des problématiques d'un JT du matin à la télé) mais aussi ses seconds rôles (truculente Diane Keaton en « ennemi » de Ford, ou encore ce présentateur météo prêt à tout les sacrifices physiques pour faire monter l'audience). En résulte une comédie enlevée qui s'offre un paquet de séquences vraiment réjouissantes et le satisfaction de voir évoluer ensemble un casting que l'on n'aurait pas imaginé aussi homogène et complémentaire.

 

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire