Critique : Mort un dimanche de pluie

César Léoni | 14 décembre 2010
César Léoni | 14 décembre 2010

Il existe de nombreux films surestimés mais le cas est plus rare de films ignorés à leur sortie et dont le culte monte petit à petit. Mort un dimanche de pluie, thriller jusqu’au boutiste et affûté comme un scalpel en est un exemple frappant.

L’histoire de ce couple bourgeois torturé psychologiquement par deux tordus, incrustés en tant que jardinier et gardienne d’enfants est tenu de bout en bout par un Joël Santoni en état de grâce. Il y a certes quelques relâchements « 80’s » dûs à un chanteur de funk lippu, légèrement hors-sujet mais le film est sans concessions et son final traumatisant serait difficilement réalisable aujourd’hui.

Le quatuor d’acteurs y est pour beaucoup et Jean-Pierre Bacri donne une leçon de jeu totale lors de sa découverte d’un cadavre dans le derniers tiers du film. L’ambiance est lourde et le décor de cette maison pseudo-moderne, comme il en fleurissait il y a 20 ans ,distille un malaise irrépressible. Dans le genre « French terror », très peu de films peuvent se targuer d’être aussi marquants.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire