Critique : Le Braqueur : la dernière course

Laurent Pécha | 6 novembre 2010
Laurent Pécha | 6 novembre 2010

Adapté d'une histoire vraie qui défraya la chronique à la fin des années 80, Le Braqueur : la dernière course met sous le feu des projecteurs un paradoxal bandit, braqueur de banques mais aussi émérite marathonien (au point de remporter le marathon de Vienne à la surprise générale à sa sortie de prison).  Le film de Benjamin Heisenberg revient sur les derniers moments de sa vie, son ultime tentative de réinsertion, son histoire d'amour avec une jeune fonctionnaire prête à tout pour l'aider à s'en sortir, et son ultime cavale avec l'ensemble des forces de l'ordre autrichien à ses trousses.

Un récit « bigger than life » qui ne fonctionne pourtant presque jamais à plein régime tant le cinéaste nous refuse l'empathie nécessaire pour son singulier antihéros.  Dès lors, le bonhomme a beau se démener et tenter de s'en sortir d'une quelconque façon (légale ou non), l'indifférence reste de mise. Poliment, jamais vraiment impliqué, on suit la mise en images, très téléfilm à une séquence de poursuite près (qui singe en moins réussie la référence en la matière qu'est Point Break). Dommage car le grand film est ici en jachère.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire