Critique : Une famille très moderne

Laurent Pécha | 25 août 2010
Laurent Pécha | 25 août 2010

Rendons tout d'abord hommage au distributeur français pour avoir tenté de sauver les meubles avec le choix du titre (Une famille très moderne) qui permet de ne pas éventer contrairement au titre original (The Switch) l'intrigue de LA comédie romantique la plus inutile de l'année. Car, dans le genre, « j'ai déjà vu ça deux cent fois et en plus j'ai juste plus d'une heure d'avance sur le récit contrairement aux personnages principaux et je me fais donc grave ch... », Une famille très moderne constitue un modèle quasi insurpassable.

Est-on encore étonné de retrouver dans le rôle principal, Jennifer Aniston qui semble s'être lancée avec Sandra Bullock et Jennifer Lopez  dans le concours de celle qui s'offrira la comédie la plus pourrie de l'univers. Avec son Plan B, J-Lo avait frappé un grand coup en mai dernier, renvoyant l'ex miss Pitt et son Chasseur de primes d'avril et l'Oscarisée Sandra et son All about Steve de mars aux oubliettes de la purge. Mais la Aniston est une sacrée coriace et bien aidée par Jason Bateman (le mec semble avoir débarqué sur le plateau à chaque scène) et Juliette Lewis (celui qui n'aura pas envie de lui filer une claque sera forcement non seulement aveugle mais sourd), la star parvient à titiller la toujours number 1 du concours. A grands coups de situations d'une rare platitude et de moues dont elle a le secret (par pitié, qu'elle le garde), Aniston continue de nous rappeler avec une vraie maestria qu'elle n'est plus depuis bien longtemps notre « friend ».

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire