Critique : Confession d'un cannibale

Clément Benard | 3 août 2010
Clément Benard | 3 août 2010

Tout le monde a déjà entendu parler de cette abominable histoire de cannibalisme survenue en 2001 en Allemagne. Armin Mewes, un informaticien germanique, tua, cuisina puis dégusta Bernd Brandes, une victime tout à fait consentante. De ce fait divers tout à fait ignoble, le clippeur Martin Weisz a tiré un long-métrage qui tente de reconstituer la chronologie des faits tout en essayant de comprendre les raisons d'un tel acte. En portant à l'écran ce sujet scabreux, le réalisateur germanique se confronte à un sacré challenge : comment retranscrire une telle histoire sans tomber dans le voyeurisme gore et le sensationnalisme ? Cette question Weisz ne semble visiblement pas se l'être posée tant il accumule les effets tapageurs pour bien montrer à quel point les deux compères sont des névrosés psychopathes.

Malgré tout, le réel problème du long-métrage est surtout la structure morcelée du récit qui annihile toute la tension de l'histoire. Ainsi le personnage de Katie, étudiante faisant des recherches sur ce fait-divers pour sa thèse, parait bien inutile et oblige au contraire à multiplier les va-et-vients temporels. Ce petit jeu de flash-backs ne permet donc pas de s'immiscer dans le cerveau des deux hommes et ainsi tenter de comprendre de quelle manière en sont-ils venus à commettre un geste aussi désespéré. Au final, on se demande même ce que le film cherche à démontrer. La cause serait-elle Internet et ses dérives ? Où serait-ce même l'homosexualité des deux hommes qui aura un lien direct avec leur pratique du cannibalisme ? On reste évidemment dubitatif...

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire