La Malédiction : critique

Tonton BDM | 1 août 2010 - MAJ : 06/12/2018 16:17
Tonton BDM | 1 août 2010 - MAJ : 06/12/2018 16:17

Techniquement plus sobre que "L’Exorciste" tourné quelques années avant (il faut dire aussi que Richard Donner disposait seulement d’un budget de deux millions de dollars, c'est-à-dire onze millions de moins que le film de Friedkin), "La Malédiction" ne fait cependant pas pour autant figure de « parent pauvre » de l’épouvante 70’s.

Venu de la télé, Donner sait en effet utiliser à bon escient son budget, et parvient à signer un film à l'efficacité redoutable, même plus de trente ans après sa réalisation. Le réalisateur sait que pour avoir plus d’impact sur le spectateur, ses armes seront différentes de celles de Friedkin : "La Malédiction" misera par exemple beaucoup sur le montage et sur l’époustouflante bande-originale signée Jerry Goldsmith. Il est à noter également que le film se révèle beaucoup moins bavard que "L’Exorciste", un beau plan bien troussé valant souvent mieux qu’un long discours.


Sur le plan purement formel donc, "La Malédiction" s’impose rapidement comme un petit bijou de suspense et de tension. Dans ses nombreuses scènes de flippe, Richard Donner alterne de manière judicieuse les plans longs, qui créent une tension grandissante, pour enfin balancer une série de plans très courts ; l’effet est imparable : malgré le fait qu’il soit peu riche en effets spéciaux, le film reste encore très efficace de nos jours.

Il faut également saluer la sobriété du scénario de David Seltzer, qui participe également à la réussite du métrage : pas de manifestations diaboliques explicites, pas de personnages possédés, la peur arrive de façon détournée, par le discours, noir et mystique, le seul élément « concret » prouvant la nature démoniaque de Damien étant le chiffre 666 qu’il a sous le cuir chevelu.

Bref, "La Malédiction" est le vestige d’une époque au cours de laquelle les films d’épouvante faisaient montre d’une redoutable maîtrise technique de la part de leurs auteurs au lieu de verser dans la surenchère d'effets spéciaux, d'ambiances appuyées de façon grotesque ou encore d'effets gore absolument affligeants.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.6)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire