The House of the Devil Critique : The House of the Devil

Vincent Julé | 31 mars 2010 - MAJ : 14/09/2020 15:29
Vincent Julé | 31 mars 2010 - MAJ : 14/09/2020 15:29

Alors que Hollywood s'évertue à remaker chaque film de genre des années 70 et 80, The house of the devil se pose là, comme le meilleur hommage possible aux slashers, maisons démoniaques et autres péloches sataniques. A l'instar de Black Dynamite avec la blaxploitation ? Oui, car il a été tourné de la même manière sur du 16mm pour garder le même grain d'image, mais non, car il n'est en aucun cas une parodie ou une satire.

The house of the devil est un vrai film de genre des eighties... mais tourné en 2009. Et s'il était sorti à l'époque, serait-il passé inaperçu ou au contraire aurait-il accédé à la postérité ? La question ne se pose finalement pas, tant le film semble conscient qu'il est anachronique, unique. Ainsi, pendant pas moins d'une heure et quart (sur une heure et demi !?!), le film installe un lieu et un personnage, ménage la peur, joue avec les codes et ne ment jamais.

Sa totale intégrité et sa fausse simplicité procurent ainsi un plaisir immense, qui se mue, alors que les minutes défilent et que le grand final se prépare, en une tension que l'on croyait avoir oubliée. Que l'horreur surgisse, et comment, importe finalement peu.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire