Le Choc des Titans : critique qui clashe

Laurent Pécha | 2 octobre 2017 - MAJ : 09/10/2018 16:32
Laurent Pécha | 2 octobre 2017 - MAJ : 09/10/2018 16:32

Les remakes et reboots sont désormais un tel lieu commun à Hollywood que lorsque notre frenchie, Louis Leterrier, avait décidé, il y a 2 ans, de s'embarquer dans une nouvelle version du Choc des titans, œuvre chérie par les trentenaires qui l'ont découvert enfants au début des années 80, il n'y avait pas lieu d'être plus surpris que ça. 

FRENCH TITAN

Mieux, on se disait que le choix du jeune cinéaste était bien malin tant le film original ne brillait finalement cinématographiquement que par la science des effets spéciaux de Ray Harryhausen. Et si la magie du père Ray ne pourra jamais être retrouvée, on pouvait effectivement espérer qu'à l'heure des effets numériques sophistiqués, les retrouvailles avec Méduse et le Kraken (pour ne citer que les deux monstres les plus emblématiques du récit original) promettaient d'être spectaculaires voire mémorables.

Plus de 100 millions de dollars plus tard et un tournage mené tambour battant (l'auteur de ces lignes ayant pu vivre de l'intérieur deux jours sur le plateau, l'expression est toute sauf usurpée), le résultat est là et fait bigrement plaisir à voir : Le Choc des Titans est un modèle de blockbuster généreux qui ravira les fans de la première heure tout en entraînant dans son sillage tous les amoureux d'un cinéma d'action survitaminé malgré une bande originale indigne de l'événement.

 

BASTON

 

Après son Incroyable HulkLouis Leterrier prend son sujet à bras le corps. Il avait promis un choc et des titans, et on les a, comme l'avait malheureusement confirmé la trop voyante bande-annonce du film. Mais la surprise est de voir que si Leterrier et ses scénaristes ont été fidèles aux grandes lignes du film original (outre les deux précedemment citées, on retrouve bien les scorpions, Calibos, les trois sorcières ou encore l'effrayant passeur, sans oublier une private joke savoureuse à l'élément le plus kitsch de son prédécesseur), ils ont offert une salvatrice relecture aux enjeux du récit.

 

Sam Worthington

PERSEE LES RANGS

Adieu au Persée propre sur lui et amoureux bellâtre de son Andromède et place à un vindicatif demi-dieu super énervé que Hadès ait tué ses parents adoptifs. Joué avec un charisme indéniable par Sam Worthington, Persée, c'est désormais « die hard with a vengeance ». Un être en colère qui refuse de se laisser dicter sa destinée. Un mec qui veut foutre sa branlée à tous ceux se mettant sur la route qui le mène à Hadès.

L'occasion pour ce Choc des Titans là de jouer à fond sur l'opposition entre Dieux et humains et sur qui a besoin de qui pour exister ? Bien sûr, l'ambition du film n'est pas de philosopher sur les croyances de chacun mais indéniablement, l'effort mis dans le contexte de cette vendetta contre le Kraken permet de nous tenir en haleine jusqu'aux grands moments clés de l'histoire, qui, eux, raviront l'enfant fan de mythologie qui sommeille en chacun de nous.

 

Il est moins bleu qu'avant

 

Grâce à une direction artistique excellente - le look des Dieux façon Chevaliers du Zodiaque peut prêter à controverse mais à l'écran, ça fonctionne... et sûrement parce que Leterrier a demandé à des comédiens de renom de les incarner -, d'effets spéciaux en grande partie irréprochables (la scène dans l'antre de Méduse est un pur moment d'anthologie), et d'un rythme incroyablement soutenu (ça file même trop vite et les 100 minutes s'avèrent quelque peu frustrantes)Le Choc des Titans confirme s'il en est besoin, que le cinéma d'Entertainment pur a désormais un solide et généreux artisan à sa disposition.

 

Résumé

Le Choc des Titans est un modèle de blockbuster généreux qui ravira les fans de la première heure.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.1)

Votre note ?

commentaires
Flo
21/02/2020 à 14:25

Ce qui étonnant avec ce film c'est comme il peut donner l'impression de bien vieillir (avec toutes ces diffusions télé)... Alors qu'il avait de quoi décevoir un peu à sa sortie, la faute en partie à... "Avatar".
Les intrigues secondaires du film, qu'on peut voir en partie sur les bonus Bluray, amenait le film vers un affrontement futur entre Persée et tous les dieux, et pas que Hadès. C'est à l'orgueil de ces êtres mesquins et cruels que cette histoire devait finir par s'attaquer, loin de tout ce côté respectueux de la part des humains qu'il y avait dans le film original...
Or le succès d'"Avatar" + l'acteur d'"Avatar"... cela a obligé Louis Leterrier à retourner des scènes d'action pour un meilleur Effet 3D, puis à faire de la conversion... Bref, ça a été rajouté à la va-vite.

Ne restent dans le montage final que quelques moments de défiance des humains envers les dieux... Et surtout, un petit peu moins un film pop-corn sympa, mais plutôt un « mercenary team movie », avec des persos brutaux en mission suicide, le Fantastique et la Légende n’étant ici que périphériques.
Un film d’Aventure Antique avec des tripes, quoi ?
Et où on a même le luxe de s'attacher à chacun, une fois leur rôle bien défini - facile, on aura alors "le Vieux", "le Gamin", "le Bogosse", "le Rigolo", "le Petit Gros", "l'Étranger Mutique", "le Chef qui fait la gueule" (mais qui sourira une unique fois juste avant de mourir glorieusement), "la Fille" et "le Héros simple, courageux et un peu énervé".
Et qui se retrouveront littéralement en Enfer, et se feront (presque tous) buter un par un à toute vitesse... alors là, on comprendra que ça ne rigole plus.

Rien que pour la dernière demi-heure du film, et la musique superbe de Ramin Djawadi, ça vaut toujours le coup à voir, pour le Fun et l'Énergie.

Kappa
29/01/2018 à 20:56

@Serpico

Alors ouvre les yeux. Rien que la semaine dernière j'ai lu des critiques de deux autres personnes.

L'ère des gros beaufs qui parlaient plus des nichons de l'actrice que du film comme sur un blog de lycéens ne manque pas à tout le monde sinon.

Serpico
29/01/2018 à 20:34

Laurent Pecha, tu nous manques... c'était bien avant écran large quand chaque critique donnait sa note. Maintenant on bouffe plus que du riaux et du foltzer (ou un truc comme ça)

votre commentaire