Critique : Les Grandes esperances

Nicolas Thys | 7 décembre 2009
Nicolas Thys | 7 décembre 2009

Après des débuts réussis comme monteur (notamment pour Michael Powell ou Anthony Asquitt) et un passage à la réalisation avec quatre films écrits ou réalisés en collaboration avec Noel Coward, important dramaturge britannique contemporain de David Lean, ce dernier s'attaque à deux fleurons de la littérature britannique, deux œuvres de Charles Dickens, parmi ses plus célèbres : De grandes espérances (réalisé en 1946) et Oliver Twist (réalisé en 1948). Un défi important car, outre la célébrité des œuvres, Lean était attendu au tournant après son premier chef d'œuvre : Brève rencontre.

 

Et c'est un pari réussi. Outre le fait d'avoir pratiquement découvert Alec Guiness à qui il donne ses premiers rôles au cinéma en le faisant incarner d'abord Herbert Pocket puis surtout l'ignoble Fagin, David Lean apporte une nouvelle fois de ses talents de metteur en scène et de conteur. Considérablement réduites les œuvres n'en sont pas moins respectées et les ambiances extrêmement travaillées. Les décors des Grandes espérances sont magnifiques, depuis le sinistre manoir de la vieille dame aux séquences de brouillard. Le Londres d'Oliver Twist ne l'est pas moins. Les deux films sont en outre emportés dans un noir et blanc splendide qui accentue le lugubre de l'ensemble, apportant une atmosphère angoissante sinon ténébreuse et une profondeur aux personnages ambigus et complexes des Grandes espérances.

 

Même si le montage est effectué par Jack Harris, l'influence et le talent de David Lean ont dû opérer à ce niveau également. Presque transparent le montage accentue parfaitement les transitions entre les séquences et amène un rythme adéquat à deux films qui alternent des séquences folles où la caméra ample et fluide abonde en mouvements et d'autres scènes plus fixes mais où règne une tension constante. Oliver Twist et De grandes espérances sont définitivement entrés au premier rand des classiques du cinéma, et pourtant, pour l'époque, déjà empreints d'une certaine modernité.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire