Critique : Soul kitchen

Laurent Pécha | 10 septembre 2009
Laurent Pécha | 10 septembre 2009

Quand un réalisateur aussi doué que Fatih Akin décide de faire un film pour se rappeler le bon vieux temps où il traînait dans son restaurant préféré de Hambourg et pour revivre par l'intermédiaire d'une aventure cinématographique l'esprit de camaraderie et de fête qui régnait à cet moment là, cela donne Soul kitchen, un « feel good movie » chaudement recommandable.

Akin sait parfaitement que ce n'est pas dans les résolutions et l'agencement du récit que son film va surprendre, voire tout simplement séduire. Cette histoire de restaurateur dont la vie sentimentale et professionnelle part en sucette et qui va tenter de remettre tout en ordre en faisant les bons (mais lesquels) choix, on la connaît tant elle rentre parfaitement dans les cases de la comédie dite romantique. Reste alors l'enveloppe, le papier cadeau pour ainsi dire.

Et pour ça, Akin a du répondant. Entre son décor (le restaurant a un look épatant que le cinéaste s'évertue à mettre en avant dès que l'histoire lui en offre l'occasion), le choix des musiques (bo d'enfer), le découpage de sa mise en scène (ca joue du plan séquence d'entrée pour souligner que ca va bouger et pas rester plan-plan) et l'aspect haut en couleurs de tous ses personnages (l'exubérance est de mise à l'image du chef cuisiner et son comportement pour le moins caractériel), Akin met des épices dans sa cuisine cinématographique. Des épices qui déclenchent plus d'une fois le rire comme lors de cette soirée transformée en méga orgie pour cause d'aphrodisiaques dans la nourriture ou encore ce passage du héros chez un singulier chiropracteur (on a mal pour lui d'avance). Cerise sur le gâteau, les comédiens sont ravis de faire partie de la fête et s'avèrent pour beaucoup dans notre immédiate adhésion.

Difficile de faire la fine bouche devant l'invitation de Akin et de ce Soul kitchen, plébiscité par la salle vénitienne dans un tonnerre d'applaudissements durant de longues minutes.

Résumé

Lecteurs

(3.5)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire