Critique : Ombres et brouillard

Jean-Noël Nicolau | 1 juillet 2009
Jean-Noël Nicolau | 1 juillet 2009

Si la forme s'apparente à un pastiche de l'expressionisme allemand (de Fritz Lang en particulier), Ombres et brouillard est avant tout une excellente comédie, parmi les plus immédiatement accrocheuse de la carrière de Woody Allen. Avec son personnage de peureux névrosé lancé aux trousses d'un étrangleur dont on se moque largement, le réalisateur s'offre de grands moments burlesques.

Les seconds rôles campés par une pléiade de stars sont loin d'être en reste. De John Malkovich en clown à Madonna en trapéziste en passant par Jodie Foster en prostituée, tous sont réussis. Arrivant au début des années 90, qui furent très inégales pour le monsieur, Ombres et brouillard est un peu mésestimé dans la filmographie du binoclard. A tort.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire