Critique : Je vais te manquer

Laurent Pécha | 10 juin 2009
Laurent Pécha | 10 juin 2009

Pour son premier long-métrage, Amanda Sthers choisit l'exercice plus que difficile du film choral. Un challenge que l'écrivaine relève de belle manière grâce avant tout à son casting 4 étoiles convoquant ancienne (Arditi, Londasle, Bouquet) et nouvelle génération (Marivin, Mille, François et Cassel).

Comme presque toujours dans un récit éclaté, la force de chaque histoire n'a pas la même portée et l'intérêt de Je vais te manquer varie selon les protagonistes qui entrent en scène. L'avantage indéniable est qu'ici, il y a toujours un moment durant la projection où la petite histoire narrée parvient à être touchante ou amusante. Il suffit d'attendre son tour. Et pour ce faire, on a le droit à la grâce de Carole Bouquet, les bons mots du bougon Pierre Arditi, la dérision de Michael Londasle ou encore le joli minois d'Anne Marivin.

De quoi largement patienter avec bonne humeur et de découvrir que la réalisatrice parvient avec un certain talent à jongler entre légèreté et gravité pour dépeindre des tranches de vie à mi-chemin entre réalité et fantasme, et de faire de son film une touchante fable moderne.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire