Critique : La Guerre des miss

Vanessa Aubert | 16 novembre 2008
Vanessa Aubert | 16 novembre 2008

Ca partait pourtant bien. Leconte à la réalisation, Poelvoorde et Bonamy au casting et l'univers des miss en toile de fond. Un trio qui semblait gagnant pour une bonne comédie à la française.



Déjà la musique entraînante de fanfare donnait un avant-goût de l'ambiance qui allait régner dans cette bataille de villages entre Charmoussey et Super Charmoussey. La peinture de l'anti-héros - comédien de Charmoussey monté à Paris – dans une amusante scène d'ouverture de porte avec Catherine Deneuve remportait de suite l'adhésion pour un Poelvoorde qui faisait tout ce qu'il pouvait. Mais l'acteur au sens inné du comique a beau s'époumoner pour coacher ses miss et donner de l'énergie au film, rien ne sauve du déjà-vu cette histoire tirant les ficelles de la comédie jusqu'à usure. La jolie fille du village abandonnée, la perfidie punie, la délaissée récompensée, la bonté célébrée, ne restait plus que l'arroseur arrosé et le tour était joué.

 

Surfant sur des poncifs d'ordinaire efficaces mais ici particulièrement lassants, le scénario enchaîne les caricatures au risque de mettre en doute la tendresse de Leconte pour ses personnages. Visuellement, La guerre des miss étonne par ses tremblés recentrés ou zoomés, sensés produire un effet "sur le vif" qui tombe rapidement à plat et dont on doute de la maîtrise. Là où Leconte pouvait exploiter la spécificité d'un univers, en dévoiler les coulisses tout en en prélevant quelques traits particuliers, faire surgir des comiques de situation avec la finesse qu'on lui connaît, il ne fait que tomber dans la facilité en adoptant un schéma de scénario que l'on verrait bien Outre-Atlantique calquer sur du baseball.

Une mécanique bien huilée qui ne peut cacher quelques couacs flagrants (la présentation inutile d'un jury inexploité, la voix off redondante de Poelvoorde ou  encore le défilé de miss trop long) mais qui risque de remporter l'adhésion d'un public familial recherchant la détente à défaut de susciter des rires francs.

Résumé

Lecteurs

(4.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire