Critique : Ce n'est pas un pêché

Nicolas Thys | 14 août 2008
Nicolas Thys | 14 août 2008

Tourné en avril 1934, soit deux mois après la mise en place effective du code Hays, régissant la production des films sur le territoire américain, Ce n'est pas un pêché peut pourtant sembler assez osé et le personnage de Mae West n'y est pas pour rien. Tourné par Leo McCarey, ce film est finalement davantage celui de l'actrice qui l'a également écrit et a participé au choix des comédiens, que celui du cinéaste dont le travail a surtout été de mettre en valeur la star du film au jeu minimaliste, au physique sculptural, à la démarche singulière et à l'accent très prononcé. On ne compte d'ailleurs pas le nombre d'allusions sexuelles dans les paroles des personnages.

Célèbre pour ses frasques, sa liberté d'expression et ses pièces de théâtre provocantes pour l'époque, Mae West est arrivée tard au cinéma et a peu tourné mais souvent sous la direction de grands cinéastes qui ont su composer avec sa personne. C'est le cas dans Ce n'est pas un pêché qui sans forcément briller, est à la fois une curiosité pour les amateurs de jazz qui la verront au milieu de l'orchestre de Duke Ellington, et une comédie assez bien ficelée qui reste pour McCarey un bon moment avec la reconstitution d'une scène de Music Hall, lieu d'où venaient les grandes stars du burlesques qu'il a fait débuter à l'écran dès les années 1920.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire