Critique : Les Soeurs de Gion

Jean-Noël Nicolau | 22 mars 2008
Jean-Noël Nicolau | 22 mars 2008

Au même titre que l’Elégie de Naniwa, les Sœurs de Gion fait partie de la veine réaliste, ou, plus justement, naturaliste, de Mizoguchi. Description âpre du quotidien de deux sœurs, geishas du quartier de Gion à Kyoto, le film permet au réalisateur d’affirmer les thématiques féministes qui sont les symboles de son œuvre.

 

Umekichi est la femme soumise aux traditions (et donc aux hommes) et Omocha incarne la modernité avide de révolte et de revanche. La fatalité et le déterminisme seront bien sûr cruels pour les deux soeurs. Mizoguchi ne pouvant que se contenter de décrire les faits et de souhaiter un changement improbable. La mise en scène, de plus en plus précise et sobre, enlumine l’égérie du réalisateur, l’intense Isuzu Yamada.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire