Critique : Ben X

Jonatan Fischer | 15 mars 2008
Jonatan Fischer | 15 mars 2008
Premier long-métrage du critique de cinéma Nic Balthazar, Ben X est un teen movie à part. Après le documentaire de Sandrine Bonnaire (Elle s'appelle Sabine), c'est une nouvelle réflexion sur l'autisme qui nous est ici proposée. Et traiter de cette maladie à travers le quotidien d'un adolescent est un choix judicieux. A cet âge où être différent est une tare, être autiste peut s'avérer fatal. Mis à l'écart, Ben s'échappe de la réalité et finit par assimiler sa vie à un jeu vidéo. Ses écouteurs toujours dans les oreilles, il avance dans ce monde cruel où les monstres ne sont autres que ses camarades de classe.  

Pour bien faire comprendre la situation de détresse et d'égarement de son personnage, le réalisateur déploie un nombre conséquent d'effets. Sa réalisation mélange ainsi passages de jeux vidéos, faux reportage, ralentis, passages clipesques, images de téléphone portable...

Si l'ensemble pourra troubler le spectateur et se révéler un brin artificiel, cette « soupe d'images » fait aussi curieusement le charme de ce long-métrage particulièrement sensible. Dans une dernière partie plus sentimentale, l'oeuvre prend enfin son envol en faisant se rencontrer Ben et sa dulcinée virtuelle. On pense alors au récent 57 000 km entre nous où l'amour rimait déjà avec RPG. Sauf qu'ici la chance que l'histoire ne soit qu'un doux rêve d'ado perdu  est malheureusement plus que probable... 

Au final, Nic Balthazar nous aide à comprendre (et de par sa réalisation, ressentir) ce qu'est le syndrome d'Asperger mais aussi le harcèlement chez les jeunes. En résulte une œuvre singulière et débordante d'énergie. On lui pardonnera alors volontiers un final un peu trop hollywoodien.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire