Taken : critique clé de bras

Thomas Messias | 3 septembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Thomas Messias | 3 septembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

De la vingtaine de scénarios de Luc Besson adaptés sur grand écran au cours des années 2000, celui de Taken fait indéniablement partie du peloton de tête. Si le film de Pierre Morel n'a rien d'un chef d'œuvre (ne rêvons pas), il parvient non seulement à remplir ses objectifs, mais également à rester acceptable de bout en bout.

LESS IS MORE

D'un argument très ténu (un père débarque à Paris pour récupérer sa fille kidnappée), Besson et son acolyte Robert Mark Kamen tirent un film d'action sans bavure et pas plus idiot que la moyenne. Excellente idée d'avoir pris un quinquagénaire pour héros et d'avoir choisi Liam Neeson pour l'incarner : l'acteur est évidemment bien plus convaincant qu'un Jet Li ou un Jason Statham, et le côté viellissant du personnage lui donne une fragilité et une crédibilité assez salvatrices.

Pas de dérive façon buddy movie, très peu d'humour à deux balles : la force de Taken, c'est son absence totale de superflu, rappelant le Commando de Mark Lester, qui ne s'encombrait d'aucun détail pour mieux favoriser le rythme et l'action. Papa cherche sa fille, la récupère, et fin de l'histoire. Une sobriété inhabituelle pour un scénario de Besson.

 

photoLiam Neeson

 

CLEF DE BRAS

Les scènes d'action sont courtes mais bien troussées par un Pierre Morel peu adepte de la surenchère mais qui n'hésite pas à frapper là où ça fait mal, notamment à l'occasion d'une scène de torture. Et si l'humour est au rendez-vous, surtout dans les dernières bobines, il est miraculeusement d'un relatif bon goût. Se référer à la scène de dîner tournant au vinaigre entre l'ex espion joué par Neeson, un ancien collègue et la femme de celui-ci : on n'est pas tout à fait certain que la drôlerie de la scène soit volontaire, mais en tout cas ça fonctionne.

 

Résumé

Un film aussi bon au premier qu'au second degré.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.5)

Votre note ?

commentaires
sseb22
04/09/2018 à 10:18

Et tu ne parles pas de la relation avec sa fille : cet amour paternel qui lui fait franchir tous les obstacles et le motive de manière crédible (du moins pour moi qui suis aussi père)

votre commentaire