Critique : Peur(s) du noir

Louisa Amara | 12 février 2008
Louisa Amara | 12 février 2008

Alors qu' Astérix aux jeux olympiques atteint péniblement ses objectifs financiers, sur vos écrans cette semaine, sort sa parfaite antithèse, et la preuve par 6 qu'une adaptation (française) de BD peut être intelligente et sophistiquée. Plus précisément, il s'agit d'un film composé de 6 segments sur le thème de la peur, écrits spécialement par plusieurs auteurs-dessinateurs de BD reconnus. Cette démarche originale présente un intérêt particulier. Tout d'abord, susciter la curiosité des amateurs de dessins et d'histoires mystérieuses mais surtout permettre à des auteurs talentueux d'exprimer leurs idées les plus cauchemardesques en développant chacun leur style. Le directeur artistique, Etienne Robial, a su également proposer pour chacune de leurs histoires la technique d'animation la plus adaptée.

Le noir et blanc faisant le lien entre chaque segment, la nervosité du trait de l'un rencontre la froideur et la netteté du dessin de l'autre, le tout monté avec une grande efficacité. Evidemment chaque spectateur aura son ou ses histoire(s) favorite(s) mais toutes sont riches sur les plans visuel, narratif et même psychologique. En effet, les peurs évoquées nous touchent tous et les interrogations des personnages, en particulier celui de Nicole Garcia, sont les nôtres. Peur du noir, des bruits dans la nuit, des chiens méchants et de leurs maitres sadiques, des petites bêtes, des grosses, peur d'être enfermé, d'être torturé ou pire, un concentré intense de toutes ces peurs en 1h30 vous attend. Et vous de quoi avez-vous le plus peur ?

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire