Critique : Didine

Louisa Amara | 23 janvier 2008
Louisa Amara | 23 janvier 2008

Jeune mais plus toute fraîche, délurée, célibataire (of course), rêveuse, Didine est l'héroïne de ce film éponyme censé séduire toutes les femmes trentenaires quadra, et les célibataires en général. Libre, sans attache, Didine se sert des hommes sans vraiment le vouloir ou l'assumer jusqu'à ce qu'elle rencontre l'homme, le vrai. Le tout grâce à un joyeux concours de circonstances, qui lui fera rencontrer une vieille dame seule et cynique, flirter avec l'ex de sa meilleure amie maniaco-dépressive (sans attache, la Didine, on vous dit), et travailler avec une ado mi-naïve mi-"cast idéal pour confessions intimes, section racailles". Ca promet...

 
Et c'est là tout le problème, on aurait adoré voir une Bridget Jones à la française, mêlant humour, romance, émotions, mais le réalisateur n'arrive pas encore à se défaire de ses mauvaises habitudes : des silences pesants, des dialogues parfois trop écrits donc absolument pas naturels, un manque de rythme, une musique trop absente. Le film vaut surtout pour la qualité de ses interprètes, et quels acteurs ! Géraldine Pailhas trouve enfin un premier rôle à sa hauteur où l'étendue de son jeu et de sa beauté est dévoilée. L'alchimie avec son compagnon à la ville, Christopher Thompson est évidente. Mais les seconds rôles ne sont pas en reste, avec une mention spéciale à Julie Ferrier, comédienne très prometteuse, la "tatie Danielle", Edith Scob, délicieusement sarcastique, et même la mèche folle Benjamin Biolay, pour sa première expérience au cinéma, donne une fragilité touchante à son personnage.

 
On aurait peut-être eu droit à l'une des plus jolies comédies romantiques françaises de 2008, si ce formidable casting avait bénéficié d'une réalisation plus dynamique et inspirée, dommage.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire