Critique : Garage

Nicolas Thys | 9 janvier 2008
Nicolas Thys | 9 janvier 2008

« Heureux les simples d'esprit... » dit l'adage, malheureusement le royaume terrestre semble encore bien loin de leur appartenir. Ridiculisé, rabaissé par quelques individus, encensé par d'autre louant sa bienveillance et son innocence sans se rendre compte qu'il n'est pour eux qu'un divertissement, un idiot dans un village qui le tolère tout juste, Josie, pompiste de son état, semble pourtant heureux reclus dans une existence répétitive et imperturbable. Cependant l'arrivée d'un jeune assistant, qui l'appréciera pour ce qu'il est, le considérant peut-être pour la première fois comme un véritable humain, va le mettre en danger.

 

Voilà donc le paradoxe. Mener jusqu'au bout une vie de fantoche sans heurt ni bonheur ni malheur, ou se mettre à vivre au risque d'en mourir, la faute à une ignorance trop grande de l'humanité, du bien et du mal. Une histoire somme toute assez classique, très bien écrite et agréablement mise en scène mais qui, malgré une prestation magnifique de l'acteur principal et un final elliptique réussi, peine à se détacher du lot des drames et souffrances de la vie quotidienne.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire