Critique : Nous, les vivants

Lucile Bellan | 20 novembre 2007
Lucile Bellan | 20 novembre 2007

Difficile d'entrer dans l'univers de Roy Andersson (Chansons du deuxième étage), sans en sortir changé. Nous, les vivants est une compilation de réflexions sur l'humanité, ce regard froid mais réaliste sur les hommes qu'on pourrait résumer en une question : « comment passons nous notre temps sur Terre ? ».  Bien sûr, parfois le constat est triste ou terrible mais le réalisateur/scénariste n'est certainement pas de ceux qui s'attellent au bilan que sur leur lit de mort. Et le résultat de ces recherches et observations n'est pas dénué d'humour, faisant de Nous, les vivants une vraie farce sur la condition humaine.

 

Sur un début frontal et presque agressif de ces personnages caricaturaux ou plus vrais que vrais (une grosse dame trop maquillée qui se met à chanter, un biker tatoué et un bichon maltais), il convient bien sûr de garder une position d'ouverture, car ce n'est qu'après que le voyage commence. S'ensuit donc une succession de saynètes, musicales ou pas, drôles ou tristes, grotesques ou à la limite du misérabilisme... la bande-annonce de notre vie.

 

Quand à la bande originale, elle joue un rôle primordial. Avec un instrument, le tuba, au son débonnaire presque comique, comme fil conducteur (il revient souvent rythmer une scène ou une autre) et des chansons qui en disent plus long que les mots, le film, si une étiquette lui allait mieux qu'une autre, mériterait celle de comédie musicale à l'humour noir.

 

De ces « petits » personnages perdus dans de grands et faux décors (tous, sauf un, sont des reconstitutions en studio), on ne tire en général qu'un regard ou une attitude, parfois une chanson ou une musique. Et c'est ici que le charisme de ces inconnus (beaucoup ne sont pas des acteurs professionnels) prend toute son importance. A la manière de ces vieux dans l'émission Groland sur Canal +, les « gueules » ont aussi une histoire. Ceci et cela, d'une simplicité apparente mais en fait issus d'un travail de titan pour une efficacité époustouflante, font de Nous, les vivants, un film exceptionnellement riche et rafraîchissant.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire