Critique : Le Premier cri

Lucile Bellan | 22 octobre 2007
Lucile Bellan | 22 octobre 2007

Loin des clichés et images déjà vues de l'accouchement et qui en font encore frissonner d'effroi quelques-uns, Le premier cri s'inscrit dans une optique plus respectueuse des femmes et contemplative de l'acte magique qu'est donner la vie. Dans un tour du monde de 48 heures (celles de l'éclipse totale du soleil), le réalisateur Gilles de Maistre accueille de sa caméra bienveillante la venue au monde d'une dizaine d'enfants d'horizons différents. Car en plus d'une diversité culturelle évidente, les mamans font chacune le choix (ou pas) d'une méthode d'accouchement différente et même parfois inédite.

De la canadienne engagée et forte de ses idées qui refuse toute aide médicale pour accoucher entourée de ses amis dans son salon, à la japonaise accrochée à un retour aux sources et à son histoire familiale, cet acte prend un sens parfois revendicateur et révélateur de toute la philosophie de vie dans laquelle grandira l'enfant. Pour d'autres, la sécurité et le bien-être sont de mises avec la traditionnelle maternité à Paris, l'usine à bébé du Vietnam ou l'accouchement sous l'eau avec des dauphins.

Même si on imagine la difficulté de pouvoir acquérir de telles images (d'une autorisation historique et unique au monde au Vietnam au changement d'avis des futurs parents), celles-ci sont superbes et jamais intrusives. Une vraie beauté qui donne à cet acte qu'on a longtemps trouvé répugnant et associé à des cris de souffrance la petite touche de poésie pour que cela fonctionne. Mais qu'est ce qui fonctionne me direz-vous ? Et bien, difficile de le cacher, ce film, pour peu qu'on ne soit pas insensible, donne envie de vivre cet instant, de participer à la grande marche du monde, au développement de l'humanité. Il touche un endroit secret au plus profond de l'être qui nous définit en tant qu'humain. Une petite larme d'émotion vient brouiller les yeux des spectateurs et la gêne de s'être mis à nu flotte dans l'air.

Une magnifique réussite.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire