Critique : Les Nibelungen

Nicolas Thys | 20 octobre 2007
Nicolas Thys | 20 octobre 2007

Davantage encore que Metropolis - sans remettre en cause sa valeur -, les Nibelungen constituent le climax esthétique de la période muette de Fritz Lang. Réalisé à une période prospère pour le cinéma allemand, où Lang était libre de choisir les sujets qui l'intéressaient, ce diptyque contient l'essentiel des recherches plastiques et formelles du cinéaste. Inspirés de nombreux mythes venus de tous les horizons, le film influencera également de nombreux metteurs en scène par la suite. Peter Jackson entre autre qui reprendra à son compte la magistrale séquence de la forêt dans La Communauté de l'anneau, l'artificialité des images de synthèse ruinant tout de même l'âme ténébreuse, abstraite et épurée du paysage de Lang.

Les deux parties du film contrastent également par leurs différences et leurs similitudes : le statisme très géométrique de l'épisode initial, calme, lent et très sentimental face à la dynamique de la vengeance anéantissant tout sur son passage. Face au décor nuancé en noir et blanc de La Mort de Siegfried, oscillant entre le lugubre de l'homme jaloux de la puissance du chevalier valeureux et des aventures mystiques, et la probité voilée de blanc des deux amants avançant vers l'inexorable fin annoncée dans le titre, la seconde partie fait figure d'enfer sur Terre.

D'un noir absolu et d'une beauté effrayante et désarmante, La vengeance de Kriemhild est d'une cruauté telle qu'aujourd'hui encore il serait difficile de voir au cinéma un rôle féminin aussi démoniaque et ravageur. Son individualisme forcené, sa conception de la justice et son aveuglement fou font de cette reine noire, prête à sacrifier sans sourciller un peuple et sa propre chair, l'une des figures les plus effrayantes jamais décrites. Ce qui est d'autant plus étonnant pour l'époque.

S'il ne fallait en retenir qu'un, cette œuvre de Lang, l'une de ses plus picturales et celle où l'atmosphère romantique allemande y est la plus sensible, figurerait en bonne position et se situe en tout cas en tête des plus beaux films de fantasy loin devant ses concurrents.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire