Critique : Désir

Jean-Noël Nicolau | 18 septembre 2007
Jean-Noël Nicolau | 18 septembre 2007

Désir devait être mis en scène par Ernst Lubitsch, mais celui-ci fut nommé à la tête de la production des films Paramount et du laisser sa place à un autre réalisateur. Il choisit Frank Borzage, génie du muet, pour donner vie à une comédie légère, au scénario improbable mais au dynamisme indéniable. De ses deux parents prestigieux, Désir hérite à la fois le sens comique de Lubitsch et la préciosité visuelle de Borzage.

Le mélange n’est pas parfait, mais il tient debout par la grâce d’un couple d’acteurs pourtant plein de tensions hors caméra : Marlène Dietrich, forcément belle comme un ange, et Gary Cooper, très sérieux dans un rôle aussi futile. L’histoire principale n’est pas très passionnante, trop classique et prévisible, mais dans son détail elle offre suffisamment de possibilités pour la comédie et les rebondissements. Les dialogues sont ainsi très savoureux et Borzage filme Dietrich avec un amour communicatif.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire