Critique : Le Parrain noir de Harlem

Flavien Bellevue | 9 septembre 2007
Flavien Bellevue | 9 septembre 2007

Comme dans tout cinéma populaire, le succès de titres phares engendre une vague de films de plus ou moins bonne qualité. Ici, Le parrain noir de Harlem semble être une vaine copie du célèbre Black Ceasar de Larry Cohen sorti un an auparavant et se trouve à des années lumière de la saga de Francis Ford Coppola. Malgré un titre accrocheur, le film de John Evans répond à peine à ce qu'on est en droit d'attendre d'un film de Blaxploitation.

Partant sur une histoire de gangster lambda (le contrôle du marché de la drogue dans un quartier par un jeune noir assoiffé de pouvoir), le scénario était en proie à poser des questions existentielles sur la justification du crime organisé, la violence gratuite ou la division au sein de la communauté noire. Au lieu de cela, nous tombons très vite dans l'ennui d'une histoire où les gangster parlent de tout et de rien sans oublier quelques phrases cools pour ne pas faire défaut au genre. Le sexe et la cruauté de la violence ne sont mêmes pas là pour pallier le manque bien que, pour une fois, les acteurs blancs ont d'autres motifs que le racisme pour en vouloir aux noirs.

Confus, incohérent (vous avez déjà vu une prise d'otage dans un hôpital sans que le personnel soit au courant ?) et ennuyeux, Le parrain noir de Harlem ne reste pas dans les annales du genre, ni même à Harlem puisque l'action du film ne s'y passe même pas (!)

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire