Critique : En cloque, mode d'emploi

Ilan Ferry | 29 août 2007
Ilan Ferry | 29 août 2007

Futur papa, c'est toute une aventure : visites chez le gynéco, choix du berceau, crises intempestives de Madame, c'est à une véritable odyssée homérique que Judd Apatow nous propose d'assister à travers les yeux de Ben (Seth Rogen) véritable ado enfermé dans un corps d'adulte et heureux papa malgré lui. Ainsi, deux ans après nous avoir narré les mésaventures d'un quadra n'ayant jamais connu les joies du sexe, Apatow, nouveau chantre de la comédie américaine, prend pour cible une autre race d'hommes plus encline celle ci à planter sa petite graine n'importe où ! Ventripotent, dragueur, glandeur, l'adulescent ricain est ici montré dans toute sa splendeur avec comme fière représentant un Seth Rogen tout simplement génial. De la bande de potes, branleurs constamment stones et philosophes à leurs heures au futur beau frère frustré, tout ce petit monde entoure frénétiquement un Ben très rapidement dépassé par les affres de la future paternité. Qu'à cela ne tienne, à la bienséance du politiquement correct le réalisateur répond par une approche résolument comique préférant croquer ses personnages avec tendresse et authenticité, leitmotiv même de cette plongée dans les eaux claires de la vie de famille. Ainsi, En cloque, mode d'emploi surprend illico par sa galerie de portraits terriblement attachants.

Apatow affectionne particulièrement ces anonymes trop prolos et pas assez fashion pour s'intégrer parfaitement dans le cadre idyllique de l'american way of life. Un amour qu'il a su retranscrire à travers toute sa filmographie aussi bien télévisuelle (la formidable mais trop méconnu série Freaks and Geeks) que cinématographique (40 ans, toujours puceau ou encore Braqueurs Amateurs pour lequel il officia en tant que scénariste). D'où une singulière impression de familiarité et d'empathie, qui n'est pas sans rappeler le cinéma des Frères Farrelly. Véritable révélation du film, Seth Rogen s'attire immédiatement nos faveurs de par sa bonhomie et sa candeur naturelle, révélant par là même un talent comique qu'on devinait latent dans 40 ans, toujours puceau . Face à lui, la belle Katherine Heigl s'échappe un temps des couloirs de Grey's Anatomy pour camper une future maman, tour à tour sévère et sensible, formant avec Rogen un couple aussi improbable que charmant, en quasi juxtaposition avec celui tout aussi touchant formé par Paul Rudd et Leslie Mann.

En cloque, mode d'emploi se démarque surtout par son regard étonnamment lucide sur le couple, qu'il soit en proie à la routine ou à leurs futures responsabilités de parents. Une transformation progressive, subtilement montrée entre grands rires et petites peines (le premier primant invariablement sur l'autre) comme autant d'états par lesquels passe le spectateur en osmose totale avec son couple vedette. Trash et tendre, drôle et mélancolique, le film n'hésite pas à jouer sur tous ces tableaux à la fois avec un sens de l'équilibre et du rythme forçant le respect.

Formidablement bien géré au niveau de sa durée, En Cloque mode d'emploi ne propose ni plus ni moins que deux heures dix de pur bonheur, traversées de moments anthologiques dont on ressort le sourire aux lèvres... Un coup de cœur en somme !

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire