Critique : J'aurais voulu être un danseur

Lucile Bellan | 28 août 2007
Lucile Bellan | 28 août 2007

Avec pour sujet, modèle et influence, le génial et indémodable Chantons sous la pluie, le réalisateur français Alain Berliner (Ma vie en rose, D'un rêve à l'autre) s'attaque à du lourd avec un peu de folie et beaucoup de naïveté. Et si son héros aurait voulu être un danseur, son film n'est, lui, jamais une comédie musicale.

 

La pauvreté des scènes dansées, en quantité comme en qualité, laisse perplexe, fait sourire parfois, irrite souvent. Pas besoin de sortir les collants pour se ridiculiser comme dans On va s'aimer, Vincent Elbaz le fait très bien tout seul. A côté des pas fatigués mais encore gracieux de feu Jean-Pierre Cassel, son jeu de jambes est celui d'un boxeur. Voûté, les maxillaires crispés et ne sachant pas quoi faire de ses mains, il donne le plus souvent l'impression d'être sur un ring. Peut-être aurait-il d'ailleurs mieux valu qu'il veuille enfiler les gants de boxe que les chaussures de claquettes.

 

Mais il n'y peut rien, son père était comme lui, et le père de son père et... Ainsi, non pas deux, trois mais quatre fois, le film en appelle à une vague histoire de génétique pour justifier les fâcheuses tendances d'égoïsme compulsif de ses personnages masculins. Ceux-ci n'hésitent d'ailleurs pas à afficher avec nonchalance et insolence leur talent à se servir des femmes. Une histoire de famille donc, mais surtout une belle brochette de losers, antipathiques, à qui il est difficile d'accorder ne serait-ce qu'une danse. Car leur réaction est toujours la même, à l'image de celle grotesque d'un jeune Jean-Pierre Cassel qui part chercher des cigarettes dès qu'il est mis en face de la vérité.

 

L'hommage à Chantons sous la pluie n'en est plus un, surtout que le film ne cesse de repasser, ressasser la seule scène dont il a pu s'offrir les droits jusqu'à en ternir la magie. C'est finalement un regret de voir Gene Kelly mêlé à ça, puisqu'il est indirectement à l'origine de la malédiction des personnages et donc pour le coup, malheureusement, de celle des spectateurs.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire