Critique : Waiter !

Jean-Noël Nicolau | 31 juillet 2007
Jean-Noël Nicolau | 31 juillet 2007

Dans la même veine froide et cynique que le récent Norway of life, Waiter est une petite perle glacée qui rafraîchit autant qu’elle trouble. En une version très méchante et ludique de l’Incroyable destin d’Harold Crick, l’histoire déroulée par Alex van Warmerdam est prétexte à tourmenter tout autant la créature que son créateur. Bien sûr, les instants les plus savoureux voient les personnages de fiction débarquer dans l’appartement de l’auteur, plein de revendications plus ou moins triviales. Mais les multiples errances, modifications et accidents du texte, immédiatement retranscrits en images sont aussi fréquemment jubilatoires (une touche coincée sur un clavier et l’on obtient l’une des scènes les plus drôles de cet été cinématographique).

Fort d’une belle galerie de caractères intrigants et d’un rythme correct, Waiter se feuillette avec plaisir. Parfois désarçonnant par sa cruauté, flirtant étrangement avec le décalage d’un Kitano (yakuza à l’appui), le film faiblit dans sa dernière partie, le réalisateur démiurge semblant avoir autant de mal que l’écrivain à achever son œuvre. Mais la fin, aussi violente que tétanisante affirme la personnalité de ce Waiter. Sans concession, assumant pleinement la folie mais aussi l’inéluctabilité de son sujet, cette conclusion donne sens au projet entier. Le film dépasse alors le cadre de la comédie de situations pour mieux toucher à l’existentiel, avec ce qu’il faut d’humour et de désespoir.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire