Critique : Les Fantômes de Goya

Lucile Bellan | 22 juillet 2007
Lucile Bellan | 22 juillet 2007

Milos Forman est un grand monsieur. Etait ? Non, personne n'a oublié Amadeus ou Man on the Moon. Mais alors d'où sortent ces fantômes de Goya, venus le hanter et par la même occasion le spectateur ? On dit le projet maudit, comme certains affirment que l'auteur-réalisateur parle couramment espagnol et d'autres que le film est en anglais parce qu'il n'en connaît pas un mot. Difficile de trouver une explication satisfaisante ou plausible face au désastre artistique d'une histoire sur l'Histoire qui lui tenait pourtant à cœur depuis presque cinquante ans. Finalement, qu'elle tombe dans l'oubli serait peut-être ce qui peut lui arriver de mieux.

Mais sur le coup, comment passer au travers de la performance pitoyable de la pourtant si belle Natalie Portman, et surtout du parti pris saugrenu du metteur en scène de lui faire jouer sa fille une fois son personnage initial défiguré. Bien sûr, il serait criminel de gâcher un casting pareil, mais depuis quand celui-ci est-il prioritaire sur la cohérence du scénario ? La réponse ne se trouve sûrement pas dans la coupe de cheveux atroce d'un Javier Bardem peu inspiré et inspirant. Et lorsqu'un acteur est bon, comme l'impeccable et jouisseur Stellan Skarsgard, c'est son personnage de Goya qui le dessert. En effet, témoin systématique de tout ce qui se passe d'important dans le film, et donc de l'Histoire de son pays, il prête alors plus à sourire.

Et le rire vire au jaune lorsque les seuls mots en espagnol (Gracias) et en français (Liberté ! Liberté !) sont placés de manière incongrue par des figurants. Pour un film dont le principal choix artistique est d'avoir été tourné en Europe avec des fonds espagnols pour plus d'authenticité, c'est pousser le bouchon un peu loin.

Finalement long, terne et ennuyeux, Les fantômes de Goya est un ratage presque total, avec pour seul soubresaut, une scène finale symbolique et forte. Pas suffisant, et surtout pas étonnant que le film ait été refusé pour les festivals de Cannes, Berlin...

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire