Critique : Guerre conjugale

Par Nicolas Thys
2 juillet 2007
MAJ : 15 septembre 2018
0 commentaire

Guerre conjugale est un mélange de plusieurs nouvelles de l'auteur brésilien Donald Trévisan réunies en trois histoires principales décomposées en petites saynètes toutes plus horribles les unes que les autres. On retrouve ici le goût pour la luxure et la mise à mal du corps de Joaquim Pedro de Andrade mais cette fois poussées à l'extrême dans une débauche aussi sordide que désopilante de chair humaine pour finir en une forme de catharsis sexuelle.

Illustrations parfaites des petits malheurs de la vie de tous les jours amplifiées à leur maximum, « psychopathologie amoureuse dans la civilisation du complet veston » comme le décrit le cinéaste, les protagonistes semblent tous plus perturbés les uns que les autres et offrent une critique de la civilisation des plus abominables à travers trois personnages : une vieille femme qui refuse la soumission imposée par son mari, un pervers gérontophile qui se cherche et un avocat vicieux qui à force de coucher avec tout ce qui bouge va sombrer dans des délires à moitié nécrophiles.

Plutôt réussi et très féroce le film est assez mineur comparé aux autres films du réalisateur même s'il y trouve parfaitement sa place.

Rédacteurs :
Résumé
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires