La Momie : Critique

François Provost | 4 mai 2007
François Provost | 4 mai 2007

En mal de film d'aventures à proposer à son public, Universal ratisse en 1998 son fond de catalogue pour y trouver une source d'inspiration susceptible de tenir la route. 

Elle en déterre l'un de ses monstres iconiques, immortalisé à l'écran par Boris Karloff dès 1932 et célébré dans les années 70 par la défunte compagnie La Hammer : la momie. Confié à un Stephen Sommers encore jeunot mais ayant bien manœuvré son entrée dans l’univers du film à gros budget avec Un Cri dans l’océan, le projet fait à l'époque figure de machinerie d’envergure prête à célébrer tout un pan du cinéma d'horreur (gentiment aseptisé) et d'aventures (la filiation bâtarde avec Indiana Jones ne quittant jamais le film).

 

 

Le résultat est un honnête divertissement à l’esthétique très carte postale, carburant aux effets spéciaux pour mettre en valeur les capacités physiques de la momie prête à tout pour assouvir son dessein (certains effets bluffants comme les attaques d’insectes seront pour beaucoup dans le succès du film). Guidé par un Brendan Fraser tout à fait dans son élément (l'aventurier un peu bouffon), introduisant au monde du blockbuster le joli minois de Rachel Weisz, le film oscille entre grand guignol et véritable hommage décérébré qui, s'il a quelque peu vieilli, reste néanmoins efficace dans l'objectif fixé.

 

  

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.4)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire