Films

L’Arme fatale : critique culte de chez culte

Par Thomas Messias
14 mars 2018
MAJ : 22 mars 2023
13 commentaires

L’Arme fatale repasse ce soir sur TF1 Séries Films à 21h05

Mel Gibson, Danny Glover, Richard Donner à la réalisation, Shane Black au scénario : L’Arme fatale, une certaine idée de la perfection.

photo

BUDDY-MOVIE

Voilà plusieurs décennies qu’on nous ment : L’Arme fatale n’est pas un film de Richard Donner. Certes, le réalisateur de Superman possède un certain savoir-faire dans le registre du divertissement, mais ce n’est pas sa patte qui fait la différence. Non, si L’Arme fatale devait être attribué à un homme, il s’agirait de Shane Black.

Le réalisateur de Kiss Kiss, Bang Bang peut même se targuer d’avoir inventé le genre buddy-movie : prenez deux types (flics ou voyous) aux personnalités complémentaires et contradictoires, si possible d’origine ethnique différente ; faites naître le conflit, ajoutez une louche de répliques cultes et de l’action dans tous les coins. Servez brûlant : le mélange obtenu ressemble à un cocktail d’amphétamines dilué dans de l’essence.

 

photo, Mel Gibson, Donald GloverDanny Glover et Mel Gibson

 

L’Arme fatale, c’est d’abord un duo de choc, la rencontre géniale de deux personnages devenus des archétypes. Il y a Martin Riggs, le chien fou, qui oublie son récent veuvage en jouant à l’ado inconscient. Crinière de feu, oeil qui frise, c’est Mel Gibson, commençant tout juste sa carrière internationale de masochiste professionnel. Face à lui, Roger Murtaugh, bon flic et papa poule, hystérique devant le comportement suicidaire de son partenaire. C’est Danny Glover volubile et hilarant, au bord de la crise de nerfs. Leurs échanges sont de véritables festivals de vannes, mémorables et jubilatoires.

 

VIOLENT COMEDY

Qu’on n’aille pas croire que L’Arme fatale n’est qu’une gentille comédie : l’humour est sans cesse contrebalancé par de grosses giclées de violence froide, presque surprenantes pour un film à vocation populaire. En opposant au tandem star un méchant vraiment inquiétant et prêt à tout (Gary Busey, salaud parfait), le scénario de Shane Black parvient à ménager un vrai suspense jusqu’au bout. Le déferlement de violence fout la trouille au spectateur, qui craint qu’on ne fasse du mal à ces héros si attachants.

 

photoBFF

 

La force de L’Arme fatale (surtout par rapport à ses successeurs), c’est que le film ne se perd pas dans une ribambelle de personnages secondaires sympathiques mais futiles. En se concentrant uniquement sur ce duo de flics que tout oppose, Donner et Black transcendent leur comédie policière en lui donnant l’aspect d’un vrai polar burné et franchement drôle.

 

 

Affiche officielle

Rédacteurs :
Résumé

C'est donc tout naturellement que L'Arme fatale s'impose comme le buddy-movie de référence, celui que l'on peut voir à répétition sans jamais se lasser, comme on feuillette un album de famille.

Tout savoir sur L'Arme fatale
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Trier par:
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
icon arrow down
Pictogramme commentaire 13 commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
JPR

Un film inoubliable, une comédie policière comme on en fait plus. Le. Duo Mel Gibson-Danny Glover fonctionne à merveille dans les 4 opus de l’arme fatale..

(The) Aurelio

– Un jour normal, j’te péterais la gueule.
– Ah ouais ?
– Et c’est un jour normal.

Porter

Rien que l’introduction de riggs quand il va prendre de la coke… le mec se fout des tartes dans la gueule et fait le fou j’ai de suite adoré le personnage.

Arnaud

Et oui Thomas, vous avez oublié un élément essentiel, majeur même dans la réussite de ce film, c’est sa musique avec son atmosphère blues si particulière
Rarement une musique n’aura a ce point marqué l’atmosphère d’un film. Ell ene se contente pas de l’habiller, elle le complète et l’enrichi. C’en est presque un acteur a part entière de ce film

Matt

@的时候水电费水电费水电费水电费是的 Rudy Mako
Je pense que vous voulez dire 48 hrs de Walter Hill.
The Hard Way c’est plutôt le titre en V.O. de La Manière Forte de John Badham qui est aussi un plutôt plaisant Buddy Movie.
Sinon en terme de Buddy Movie on pourrait considérer The Defiant Ones (La Chaine) de Stanley Kramer comme précurseur du genre.

Sinon pour L’Arme Fatale, c’est Michael Kamen qu’il faut encenser pour l’atmosphère musicale si particulière et reconnaissable de ces films.