Le Silence des agneaux : critique mortelle

Ilan Ferry | 28 mars 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Ilan Ferry | 28 mars 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Après le brillant Le Sixième sens de Michael Mann, Le Silence des agneaux, premier opus cinématographique véritablement consacré à Hannibal Lecter (avant l'amusant Hannibal et l'inepte Dragon Rouge) a redéfini les codes même du thriller psychologique. Empruntant autant à Alfred Hitchcock et à son Psychose  qu'à Tobe Hooper et son Massacre à la tronçonneuseJonathan Demme réussit en un seul film à cristalliser les démons d'une Amérique malade .

AGNEAUX À L'ABATTOIR

À l'image du Manhunter de Michael MannLe Silence des agneaux ausculte les tréfonds de l'âme humaine. À la différence près qu'ici le point de vue adopté est celui de Clarice Starling, jeune recrue du FBI confrontée pour la première fois à l'horreur à travers les personnages d'Hannibal Lecter psychiatre cannibale raffiné et Buffalo Bill tueur particulièrement redoutable en pleine quête (mutation?) identitaire et sexuelle. Par le prisme de la relation Starling/Lecter, le film traite de la notion de monstruosité : celle exacerbée de Bill et celle plus dissimulée (bien que tout à fait imaginable durant les trois quarts du film) de Lecter.

 

photo, Jodie Foster, Anthony HopkinsEntretien avec une idée du vampire


En optant pour des plans de plus en plus serrés et donc une proximité de plus en plus forte avec les personnages, Jonathan Demme crée un malaise constant : petit à petit, le dégoût ressenti par Starling envers Lecter laisse place à une certaine forme de respect comme celui de deux adversaires jouant une partie d'échecs mortelle, une ambivalence qui perdurera durant tout le film.

Au fur et à mesure que la jeune recrue se dévoile au psychiatre cannibale, le spectateur ressent l'emprise de plus en plus forte de ce dernier. « Vous n'aimeriez pas que Hannibal Lecter pénètre dans votre esprit » déclare Jack Crawford face caméra, un avertissement qui semble s'adresser aussi bien à Clarice qu'au spectateur.

 

photo, Anthony HopkinsAnthony Hopkins

 

DELICIOUS MOVIE

Dès lors, commence pour Clarice une longue descente aux enfers portée par la somptueuse musique d'Howard Shore où la violence n'est plus tant graphique que psychologique. En mettant en parallèle le calvaire de la dernière victime de Bill et l'enquête menée par Starling pour la retrouver, Jonathan Demme définit le thème de son film comme le combat de deux femmes pour sortir de l'enfer (un puits qui semble sans fond pour l'une, une enquête qui fait ressurgir de douloureux souvenirs d'enfance pour l'autre). Se faisant, le cinéaste transforme son film en version sombre de La Belle et la bête à travers deux relations (Starling et Lecter, Bill et sa victime) qui ne peuvent se faire que dans la douleur.

 

photo, Jodie FosterJodie Foster


Porté par des comédiens au sommet de leur art - Jodie Foster et Anthony Hopkins, excusez du peu  -, Le Silence des agneaux est avant tout un film d'acteurs, les émotions, la tension, la peur passant avant tout par le jeu des regards. À ce titre, il faut également saluer la prestation de Ted Levine tout simplement parfait dans le rôle difficile de Buffalo Bill auquel il insuffle un subtil mélange de peur et de pitié. Rarement tueur en série n'aura paru si authentique au cinéma.

 

Affiche

Résumé

Plusieurs décennies après, Le Silence des agneaux n'a rien perdu de son impact et demeure un monument de terreur sourde distillant l'angoisse avec une parcimonie quasi sadique. Quant à son personnage emblématique, Hannibal Lecter, il est bien devenu l'un des plus grands méchants de l'histoire du cinéma.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.1)

Votre note ?

commentaires
Jeckxdeel
05/10/2019 à 21:44

Hasgarn
C'est clair que je trouve aussi que VERTIGO, PSYCHOSE et SEVEN sont supérieurs. Et en ce qui concerne De Palma, c'est vrai que sa fin de carrière est assez décevante. Mais il n'y a rien à faire. PULSIONS, BLOW OUT et BODY DOUBLE de ce cher De Palma enterrent LE SILENCE DES AGNEAUX sans problème. Sans oublier d'autres tels qu'ANGEL HEART d'Alan Parker (qui a d'ailleurs le même genre d'ambiance que SEVEN et que je trouve légèrement supérieur), MARATHON MAN de John Schlesinger, LE CRIME ETAIT PRESQUE PARFAIT d'Alfred Hitchcock, USUAL SUSPECTS de Bryan Singer, LES NERFS A VIF de Martin Scorsese, MISERY de Rob Reiner, DEAD ZONE de David Cronenberg, ARLINGTON ROAD de Mark Pellington, TROUBLES (autre titre: CAUCHEMAR SOUS PLASTIQUE) de Wolfgang Petersen, DEAD AGAIN de Kenneth Branagh.

agneaux
26/07/2019 à 20:25

Revu au cinèma hier soir. Un super plaisir;

Satan LaTeube
29/03/2019 à 11:02

A Actar: c'est pas un carré d'as mais un quinté puisque le film a eu l'oscar du meilleur scénario adapté.
Comme Vol au dessus d'un nid de coucou donc, mais aussi New York Miami

niemans
29/03/2019 à 09:59

Un chef d'oeuvre. D'ailleurs pourquoi n'existe t'il aucune parution digne de ce nom en bluray France....à l'instar d'autres films comme Greystoke ou encore 37°2 le matin

Starfox
29/03/2019 à 08:45

Le fim qui a relancé le film de serial-killer et Seven, cité plus bas, se place dans ce sillon (avec génie).

Mais des daubes dans ce genre, il y en a eu une tapée dans les années qui ont suivi. Sans jamais atteindre la cheville de Jonathan Demme.

Jamais.

Actar
29/03/2019 à 08:12

Le dernier film (quand même) à à voir obtenu le carré d'as aux Oscars : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur et meilleure actrice. Un exploit (qu'avait aussi réussi vol au dessus d'un nid de coucou) jamais réitéré depuis. Et je suis daccord aussi , pour moi le silence des agneaux c'est 5 étoiles

StarLord
29/03/2019 à 06:28

Pourquoi la demi-étoile en moins? Le Silence des Agneaux c'est 5 étoiles voyons!!!!

Sanchez
29/03/2019 à 01:00

Un chef d’oeuvre Absolu. Peut être aussi un des films où il y a le plus de regard caméra. Tous ces regards sur cette pauvre Clarisse... Du très grand cinéma

Matt
28/03/2019 à 21:28

Le point de vue direct de la cam, la musique de Shore, la photo de Fujimoto, Scott Glenn (quand même), la dernière séquence en montage alterné + la Night Vision avec cette putain de main qui esquisse les cheveux de Clarisse. I'm Flying over you........
Demme For Ever!

Hasgarn
28/03/2019 à 20:16

Jeckxdeel : ce film est très largement respecté par les spectateurs et la critique.
Il va falloir plus qu'un commentaire comme le tient pour nous en convaincre.

Mais tu as raison, il y a de meilleurs thriller, comme Vertigo, Psychose ou Seven, éventuellement.
Mais se classer derrière ces films là n'a rien de honteux et reste très au dessus du tout venant.

Quand à Brian De Palma, il est bon, certes mais n'a rien fait de génialissime depuis bien longtemps, comme Jonathan Demme.

Plus
votre commentaire