Critique : X

Pierre Poli | 16 novembre 2004
Pierre Poli | 16 novembre 2004

L'adaptation télé de X est disponible en France depuis le premier trimestre de l'année dernière, grâce à Déclic-Images, qui continue pour notre plus grand plaisir à acquérir de nombreuses licences. Et celle-ci est de poids, car derrière X se cache le très célèbre groupement de mangakas CLAMP.

1984. Douze lycéennes fans de films d'horreur se réunissent régulièrement pour assouvir leur passion. Mais ce n'est pas le seul point commun qui les lie puisqu'elles se découvrent un penchant pour les mangas, et c'est tout naturellement qu'elles décident de se lancer dans le dessin. Ainsi naît CLAMP.
Le groupe va, avec les années, se réduire dans un premier temps à sept personnes, puis finalement à quatre membres : Ohkawa Nanase, Apapa Mokona, Nekoi Mick et Igarashi Satsuki.
La production de CLAMP, qui s'avère être très prolifique, s'oriente pour sa majeure partie vers le public féminin au travers de shojos, et connaît certaines particularités avec des éléments scénaristiques (personnages orphelins, usage de la mythologie…) ou de décors (cerisiers, tour de Tokyo…) récurrents. Et le succès est quasiment à chaque fois au rendez-vous.
L'Hexagone n'échappera d'ailleurs pas à la vague CLAMP, puisqu'il demeure l'un des auteurs les plus publiés en France.

La publication de X commence en 1992 et n'est toujours pas terminée à ce jour, mais son adaptation pour son passage en télévision a été soignée et suit de près l'esprit du manga.

Kamui et Sorata

La série débute dans la capitale, Tokyo, où le jeune Kamui Shirô est de retour, après une disparition brusque et soudaine et une absence de six ans due à la volonté de sa mère. Malgré cela, certains de ses amis d'enfance, et plus précisément Kotori et Fûma, lui sont demeurés très attachés et le retrouvent avec joie.
Ce sentiment n'est toutefois pas partagé : Kamui a changé ; sombre et taciturne, il s'est refermé au monde. Il faut dire que les circonstances qui le ramènent dans la cité ne sont pas vraiment des plus agréables. Sa mère est décédée après s'être immolée, et son but est de justement rentrer en possession d'un objet très particulier détenu par le père de Kotori et Fûma : l'épée divine, qui jouera un rôle primordial pour l'avenir de la Terre.
Car Kamui n'est bien évidemment pas un adolescent comme les autres. Doté de pouvoir mystérieux, il est le pivot qui fera que le monde sera détruit ou pas.
Il est cependant peu intéressé par l'importance de son rôle, son seul souhait étant de récupérer l'épée le plus rapidement possible et de disparaître.

On n'échappe malheureusement pas à son destin, et Kamui va ainsi se retrouver face à un choix terrible. Soit intégrer les Dragons du Ciel, dirigés par la princesse Hinoto (qui a le don de voir le futur dans ses rêves), et devenir un des sept sceaux protecteurs de l'humanité. Pour ces derniers, le futur de la Terre se fera avec l'homme, malgré son mauvais comportement envers la planète, car l'humain a pour eux la faculté de s'améliorer. Soit faire partie des Dragons de la Terre, dirigés par la sœur d'Hinoto, Kanoe (qui possède le don de lire les rêves de sa sœur), et devenir un des sept anges destructeurs pour lesquels l'avenir et le renouveau de la planète passent par l'éradication de l'espèce humaine.
Ce qu'il ne sait pas, c'est que la nature n'aime pas le vide, et qu'un deuxième Kamui pourrait faire son apparition, une fois son choix fait, pour prendre la tête du clan opposé.

Bien que l'on retrouve tous les clichés célèbres qui ont fait le succès du collectif, la série est plus mature que de coutume et sait accrocher le téléspectateur avec une intrigue vraiment intéressante, et surtout une pléiade de personnages tous plus fascinants les uns que les autres.
La psychologie de ces derniers est extrêmement fouillée, et ils ont d'ailleurs souvent droit à un épisode entier pour leur présentation et leur historique. Chacun d'eux est vraiment original et se démarque toujours par rapport aux autres. Il arrivera même que les personnages de clans rivaux se lient d'amitié, quitte à se déchirer quand l'heure du combat vient. Ce côté très humain rend les personnages considérablement attachants.
Le scénario, qui prend forme au fur et à mesure que se lève le voile des motivations personnelles des deux factions (Dragons du Ciel et Dragons de la Terre), fait apparaître une lutte bien plus intéressante que la traditionnelle opposition entre le bien et le mal, car, que l'on se place d'un côté ou de l'autre de la barrière, les positions semblent justifiées.
Ce qui importe véritablement, c'est la vision de la place de l'être humain et de son rôle dans le monde. Et le thème de l'écologie, cher aux Japonais depuis longtemps, a tout naturellement une place privilégiée dans le raisonnement des deux parties.

La vision de la destinée à elle aussi une place importante dans l'intrigue, à savoir : le destin est-il irrémédiablement tracé, ou le futur n'est-il pas encore déterminé (Hitomi semble d'ailleurs être au fait de cette réponse, sans vouloir toutefois la partager) ?
Au-delà du simple divertissement, l'anime est bien entendu porteur d'un message qu'il n'est pas bien difficile d'appréhender et qu'on vous laisse le soin de découvrir.

L'avenir des Dragons de la Terre

En ce qui concerne l'aspect technique de la série, on ne peut que tirer un coup de chapeau à Mad House qui a eu en charge la production de l'anime. La qualité est bien au rendez-vous quel que soit l'épisode visionné. On a même droit à l'utilisation d'une 3D discrète parfaitement intégrée.
Les musiques sont quant à elles tout bonnement en parfaite osmose avec l'anime. Le thème principal est quasiment présent dans tous les épisodes sans que l'on se lasse de l'entendre.

En conclusion, un anime de grande qualité qui plaira à tout le monde, y compris aux détracteurs de CLAMP. Le tout est proposé par Déclic-Images dans un coffret digipack de grande qualité, somptueux et blindé de bonus qui est disponible chez Manga-Distribution.
Alors, un conseil : ne boudez pas votre plaisir !

Que répondre ?

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire