Critique : Zone libre

Vanessa Aubert | 15 janvier 2007
Vanessa Aubert | 15 janvier 2007

Pour son premier long-métrage, Christophe Malavoy s'attelle à l'exercice audacieux de l'adaptation en choisissant la pièce de Jean-Claude Grumberg du même nom. Pari tenu.

Zone libre fait figure d'instantané de la vie d'une famille déchirée par les conflits de la seconde guerre mondiale. Après avoir évoqué la première guerre mondiale dans sa précédente réalisation, Malavoy réaffirme son intérêt pour l'histoire, la grande. L'idée de Grumberg d'y intégrer le quotidien d'une famille ne paraît pas nouveau. Pourtant, la rencontre avec le monde rural fera émerger de la vie dans un contexte de destruction. En impliquant Grumberg dans les dialogues, Malavoy garde sa ligne directrice de l'authenticité. Le respect des faits, des décors fidèles et une absence de superficiel fait montre de cet intérêt qu'il porte à la crédibilité que l'on peut porter à son histoire.

Une crédibilité possible grâce aux comédiens. Jean-Paul Roussillon reprend le rôle qu'il tint au théâtre et incarne habilement ce paysan accueillant et typique. Sa bonhomie favorise l'empathie et on se laisse facilement entraîner dans cette histoire très humaine et simple. Loin de tout cabotinage, Mathilde Seigner joue son petit rôle de bru à la perfection. Outre la trop rare Tatie Danielle-Tsilla Chelton, Lionel Abelanski, quant à lui, interprète avec justesse ce patriarche énergique au sein d'une scène rappelant d'ailleurs La Vie est belle de Benigni.

Zone Libre ne brille donc certes pas tant par son inventivité que par l'humanité de son histoire. Le récit intéresse, les personnages sont touchants et Malavoy réussit à convaincre de sa qualité de réalisateur et de conteur. À suivre.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire