Critique : Une grande année

Louisa Amara | 3 janvier 2007
Louisa Amara | 3 janvier 2007

Après avoir longtemps cherché un projet qui les réunirait de nouveau, Ridley Scott et Russell Crowe prennent cette fois le chemin de la comédie avec Une grande année. Un choix pas si étonnant que ça au vu du parcours du réalisateur anglais qui alterne depuis quelques années grandes fresques épiques (Gladiator, Kingdom of heaven) et projets plus modestes (Les Associés). Doit-on pour autant considérer ces films intermédiaires comme mineurs et moins intéressants ? Pas forcément surtout lorsque Ridley Scott en profite pour laisser entrevoir son univers personnel. Le cinéaste n'a-t-il pas comme son héros une propriété et des vignes en Provence et ne partage t-il pas son temps entre Londres et la France ? Aucun doute possible, Une grand année, c'est aussi quelque part une histoire qui lui appartient pleinement et pas simplement la simple œuvre de commande d'un grand cinéaste se sentant obligé d'accepter un projet moribond pour payer ses impôts.


Et c'est sans doute cette intimité avec l'histoire qu'il raconte qui permet à Scott d'éviter, le plus souvent de justesse, les inévitables clichés inhérents à la vision de la France par un anglophone. Mieux, le réalisateur réussit à exploiter cette vision pour touristes en l'intégrant avec une certaine malice dans le récit, s'en servant même comme moteur des divers rebondissements. L'autre tour de force mineur de Scott consiste à jouer la carte du cinéaste-prestidigitateur qui parvient à faire cohabiter un casting pour le moins hétéroclite. À tel point que voir s'affronter verbalement Russell Crowe et Didier Bourdon ne prête même pas à sourire. Le talent de l'auteur de Blade Runner (histoire de rappeler que ce n'est quand même plus ce que c'était, le père Scott) a toutefois ses limites et Une grande année n'échappe jamais au train-train désormais immuable de la comédie romantique à l'image de son happy end où tout le monde finira par s'entendre dans le meilleur des mondes.

Reste maintenant à espérer qu'American gangster qui sort en novembre 2007, permettra d'avoir une grande année cinématographique pour les fans de Ridley Scott.

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire