Critique : Le Lièvre de Vatanen

Laurent Pécha | 27 décembre 2006
Laurent Pécha | 27 décembre 2006

Porté depuis des années par son réalisateur, Marc Rivière et parfaitement vendu par son acteur principal (cf notre interview), Le Lièvre de Vatanen, adaptation d'un best seller aux forts élans écologiques, ressemble à aucun autre film.

Difficile de rester de marbre devant un tel déballage de bons sentiments, de candeur et de messages tous plus beaux les uns que les autres. Incroyablement maladroit, le plus souvent risible (l'exécrable doublage français d'un tournage fait en multi langues y est pour beaucoup) et parsemé de séquences quasi surréalistes (la scène du dîner de noël peut faire date), Le Lièvre de Vatanen réussit pourtant à exercer une certaine fascination. Celle de se retrouver face à un véritable OFNI (et là, le mot n'est pas usurpé comme c'est trop souvent le cas) qui s'adresserait à l'enfant de moins de 7 ans qui sommeillerait en chacun de nous (promis, j'y retourne avec mon fils pour vérifier si ce que je viens d'écrire, est vrai).

Et puis, il y a Christophe Lambert. Notre Christophe national qui à l'instar de Stallone dans Rocky Balboa, donne l'impression de ne pas jouer mais d'être…tout simplement. Il y a une vraie tendresse qui nous relie à lui, ce sentiment fort d'avoir envie de croire à toutes ses facéties, de croire que c'est lui (et donc le film) qui est dans le vrai au contraire de nous, infâmes citadins cyniques et sédentaires, prêts à se gausser devant une jolie œuvre aussi inoffensive que partisane.

PS : le lapin est épatant ! Si, si !

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire