Critique : Girls will be girls

Lucile Bellan | 5 juillet 2006
Lucile Bellan | 5 juillet 2006

Trashy et flashy à mort, ode au kitsch et à John Waters, Girls will be girls est sans conteste le film le plus fun de la semaine. Mené d'un bout à l'autre par un trio d'actrices pour le moins surprenantes : Evie interprétée par Jack Plotnick, Coco par Clinton Leupp et la boulimique Varla par Jeffery Roberson… des hommes donc, tous trois acteurs principalement issus du théâtre et de la télévision. Le scénariste et réalisateur du film est lui aussi issu de la télévision ; nominé pour trois Emmys, il a écrit et été le producteur de séries comme Dingue de toi ou la sitcom d'Ellen DeGeneres.

L'incroyable performance de nos trois "Desperate Bitches" est telle qu'on en oublie vite l'ambiguïté de la situation au profit des personnages eux-mêmes (hauts en couleurs est un euphémisme). Sans parler des dialogues qui vont sûrement en surprendre plus d'un, parmi les sujets abordés on pourra citer : l'avortement, le viol, la prostitution et l'homicide… un programme assez chargé qui se laisse déguster sans complexe.

Le film a tout de même quelques petits défauts. Il pêche par un manque de rythme évident (pour un long-métrage) dû principalement à l'expérience télévisuelle du scénariste / réalisateur, et supporte mal un second visionnage de par l'aspect imprévisible et détonante des répliques en général, et celles d'Evie en particulier. En résumé, du bon mauvais goût !

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire