Critique : Dans la peau de Jacques Chirac

Lucile Bellan | 30 mai 2006
Lucile Bellan | 30 mai 2006

Loin des sketches de Karl Zéro sur Canal +, très loin même, Dans la peau de Jacques Chirac regroupe une somme d'images d'archives véridiques et non trafiquées, parfois même inédites, sur la vie politique française de 1967 à nos jours. Un véritable travail de rat de vidéothèque effectué par Michel Royer, reconnu dans la profession comme « monsieur INA ». Et pour nous y retrouver dans ce fatras d'images d'archives, une voix off surprenante : l'imitation de Jacques Chirac par Didier Gustin ! Une mise en abîme volontairement humoristique qui a pour but de désamorcer l'aspect critique naturel des images… la critique n'étant pas le but premier du film, qui se veut plus un décryptage du milieu politique français. Et on en apprend forcément plus sur l'homme, voire le personnage, qu'à travers son Guignol (de l'info). Réduit et paradoxalement humanisé à l'excès par ce bout de caoutchouc, on « s'étonne » presque de voir une vraie intelligence et ce qu'on pourrait appeler un talent pour la politique.

Le film, grâce à l'intelligence de son montage et malgré la vulgarité de la voix off fait forcément rire aux éclats sans tomber dans la facilité d'une éventuelle compilation de perles et bêtises présidentielles. Il évoque plutôt un tour d'horizon de sa carrière, des portraits des hommes qui ont gravité autour de lui ou, autour desquels il a gravité, et une consternante conclusion : l'histoire se répète. On y voit les rouages du pouvoir et les manipulations du public qu'il faut utiliser pour accéder à la plus haute distinction de l'état et le film prend alors un autre tournant : celui de mise en garde contre celui qui semble prédestiné à faire suite d'ici peu de temps. Une généreuse leçon de politique donc qu'on nous offre pour y voir plus clair et peut être ne pas réitérer les erreurs du passé.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire