Critique : Kirikou et les bêtes sauvages

Lucile Bellan | 5 décembre 2005
Lucile Bellan | 5 décembre 2005

Kirikou et les bêtes sauvages signe le grand retour d'un petit héros déjà plébiscité par les spectateurs de tous âges. Cette suite n'en est d'ailleurs pas vraiment une puisque l'intrigue se situe alors que Kirikou est encore jeune, avant qu'il grandisse et épouse la belle Karaba à la fin du premier film. Comme le dit le grand-père en introduction : « L'histoire de Kirikou et la sorcière était trop courte ». On retrouve donc avec délectation le village initial composé de Kirikou, sa très sage maman, les mères et enfants, et l'incontournable « vieux du village » tous confrontés à une horde de bêtes sauvages (d'où le titre) amicales ou menaçantes d'ailleurs. Le personnage vit cette fois-ci plusieurs petites aventures sous formes de saynètes, où tour à tour il devient jardinier, potier, marchand, voyageur et guérisseur. Rien que ça !

Mais plus qu'un simple récit initiatique, Kirikou est aussi une œuvre magique, qui dépeint une Afrique de contes, idyllique, aux décors somptueux et chatoyants. N'ayant pas peur des comparaisons, ces magnifiques tableaux exotiques évoquent parfois le travail du peintre aventurier Paul Gauguin. La musique est également l'un des points forts du film puisqu'on y retrouve quelques passages marquants de Kirikou et la sorcière (« Kirikou est tout petit mais c'est mon ami, Kirikou n'est pas très grand mais il est vaillant… ») déjà écrits et interprétés par Youssou N'Dour, mais aussi de magnifiques créations de Manu Di Bango (qui signe ici sa première bande originale).

Fidèle à lui-même, le petit Kirikou incite à la réflexion des plus jeunes sur des valeurs essentielles comme le respect, l'amitié, la tolérance et attendrit les moins jeunes par sa fraîcheur et son humour. Bien loin donc des récentes déceptions en matière d'animation avec d'un côté les mauvaises et trop nombreuses suites des classiques de Disney en vidéo, et de l'autre des divertissements plus adaptés aux grands qu'aux petits enfants (Gang de requins, Les Indestructibles). Un dernier signe d'encouragement à tous les parents avec une citation de Geneviève Djénati, auteur de Psychanalyse des dessins animés : « Kirikou nous entraîne, petits et grands, à l'intérieur de nous-mêmes ; ses aventures sont nos aventures, ses questions sont nos questions. Elles sont actuelles et éternelles parce qu'elles expriment ce que vivent les hommes depuis toujours. L'environnement a changé, pas l'être au monde ». Un dépaysement fortement conseillé pour les fêtes.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire