Critique : Gigolo malgré lui

Flavien Bellevue | 24 septembre 2005
Flavien Bellevue | 24 septembre 2005

Six ans après Deuce Bigalow : Gigolo à tout prix, Rob Schneider reprend son rôle de gigolo pour le meilleur et surtout pour le pire…. Loin, très loin, d'un Serial noceurs ou d'un 40 ans, toujours puceau, Gigolo malgré lui peine à convaincre tant les gags ne sont pas exploités au maximum quand ils ne sont pas tout simplement convenus ou pire bien gras et bêtement gratuits.

Même si on retrouve la même équipe responsable du premier film, à l'exception notable du réalisateur qui été remplacé par un certain Mike Bigelow (serait-ce un nouveau nom à la Alan Smithee?), la sauce ne prend donc pas malgré, il est vrai, une minuscule poignée de scènes hilarantes. Malheureusement, ces dernières sont aussi peu nombreuses que courtes et il est bien difficile d'en profiter (notamment une scène où Deuce cherche une jeune femme sur un plateau de tournage). Et au contraire, ce sont les séquences les moins réussies qui s'avèrent interminables (vous vous souviendrez d'Eddie Griffin mangeant ses frites dans des toilettes pendant un bon moment !). Quant à l'histoire, elle est prévisible, et à peine digne d'une intrigue d'un épisode de Scooby Doo.

Pour sauver le film, restent les différentes clientes de Deuce qui ont toutes une pathologie plus bizarre les unes que les autres (la rescapée de Tchernobyl dégoûtera plus d'un Julio Lopez et d'un Eddy Adam), les gigolos avec leur assemblée mondiale et leurs solutions pour éviter le serial killer et deux caméos sympathiques. C'est forcement bien peu et ce n'est pas les multiples petites private jokes (que seuls les américains peuvent comprendre...et encore) qui rehaussent la tenue d'un film absolument dispensable. Juste retour des choses, le film s'est planté au box office US et va connaître une sortie des plus confidentiels chez nous. C'est juste dommage pour Rob Schneider qui a montré par le passé qu'il pouvait être un comique méritant le détour.

Résumé

Lecteurs

(5.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire