Duel : Critique

Laurent Pécha | 24 août 2006
Laurent Pécha | 24 août 2006

Destiné à n'être qu'un téléfilm américain, Duel devint, grâce à la virtuosité de sa mise en scène, le premier film (du moins en Europe) de Steven Spielberg à connaître les honneurs d'une sortie en salles. Sur un scénario qu'on pourrait qualifier trivialement de simpliste (une petite voiture rouge est la proie d'un gros camion tout droit sorti de l'enfer), le jeune cinéaste, tout juste âgé de 25 ans, impose l'aisance visuelle qu'on allait retrouver au fil de ses oeuvres futures.

 


Par la « simple » faculté de transcender l'écrit en images instantanément stressantes et de plus en plus angoissantes (le calvaire de David Mann, le nom est tout sauf un hasard, devient le nôtre), Spielberg signe un concentré de suspense. Innovant sans cesse au niveau des cadrages (chaque séquence de poursuite entre la voiture et le camion regorge de plans démentiels), tout en proposant un montage qui confine au génie, le réalisateur imprime un rythme implacable, faisant basculer une histoire totalement insolite en cauchemar éveillé des plus traumatisants. Au même titre que Les Dents de la mer, Duel est l'une des plus extraordinaires leçons de cinéma, démontrant avec une maestria fulgurante la toute puissance du réalisateur.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire