Benjamin Gates et le trésor des Templiers : critique tant pliée

Sandy Gillet | 30 septembre 2017 - MAJ : 01/10/2018 22:18
Sandy Gillet | 30 septembre 2017 - MAJ : 01/10/2018 22:18

Benjamin Gates avait été vendu comme étant de la nouvelle race des chercheurs de trésors, à la fois féru d'histoire et ne rechignant pas à aller sur le terrain (jusqu'ici rien de nouveau), mais aussi excessivement urbain et génie de l'informatique. Bref, un mélange entre classique et moderne à tendance high-tech. Résultat des courses : Benjamin Gates et le trésor des Templiers de Jon Turteltaub est une petite bouillie indigeste.

NICOLAS CAGE ET LE MYSTERE DU BOX-OFFICE

Nicolas Cage a été choisi pour endosser le costume, et à priori l'idée était bonne. L'acteur, on le sait, a depuis longtemps convaincu la planète cinéma de son potentiel à la fois charismatique et athlétique qui a donné de par le passé de très beaux succès au box-office. Le problème ici, c'est que de charisme il n'y a point et d'athlétique, encore moins. Il suffit de voir les quelques petites et faméliques séquences d'action et de fermer pudiquement les yeux à la vision d'un Nicolas Cage courant dans les rues de New York pour malheureusement s'en convaincre.

 


Le second hic, et il n'a pas manqué de nous étouffer, est cette propension de plus en plus affichée par le cinéma américain– à vouloir convaincre que leur Histoire vaut bien celle du reste du monde. En d'autres termes, si avec le professeur Indy (car malgré tout on est bien obligé de se référer à ce vers quoi Benjamin Gates… lorgne effrontément) on faisait le tour de la planète, et pas qu'une fois, avec le chercheur de trésors Ben Gates le tour du monde se résume à une escapade en Antarctique alors que le reste du film se déroule uniquement dans les États de Washington D.C. et de New York, autant dire, bien entendu, l'épicentre historique mondial.

 

DESTINEE MANIFESTE

C'est que Ben Gates est à la recherche du plus grand des trésors, celui de l'humanité, entassé et récolté depuis la nuit des temps et amené vers le XVIIe siècle en terre du Nouveau Monde. Soigneusement caché des Anglais lors de la guerre d'Indépendance, il hante la famille Gates depuis 1832, date à laquelle le dernier des signataires de la déclaration d'indépendance en 1776, et franc-maçon de son état, en révélait l'existence avant de mourir. Il ne s'agit donc finalement que d'un trésor - on est loin des pouvoirs surnaturels, fantastiques et indomptables de l'Arche d'alliance - dont deux équipes vont se disputer la découverte.

C'est Sean Bean qui joue le rôle du bad guy, et c'est peu de dire qu'il n'est pas convaincant : la faute sans aucun doute à un scénario manquant cruellement de cette unité narrative qui, s'il le montre tout au long du film tel un philanthrope véreux mais suffisamment intelligent pour suivre la cadence de Gates, n'hésite pas à contredire tout cela lors d'une séquence finale le faisant passer pour un véritable amateur.

 


Ce n'est malheureusement pas non plus la prestation de Diane Kruger qui modifiera la donne, bien trop invraisemblable en conservatrice de musée, et encore moins le pauvre Jon Voight en père de Gates, dont on se demande encore comment il a bien pu atterrir dans cette galère. Reste tout de même Harvey Keitel qui, promenant sa carcasse fatiguée et résignée durant la dernière demi-heure du film, se fond en un inspecteur du FBI aussi crédible que tout le reste mais avec classe et sobriété.

 

Résumé

Benjamin Gates et le trésor des Templiers veut réécrire l'histoire mais n'accouche que d'une fable à dormir debout. On retourne devant Indiana Jones.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
dedlolo
01/10/2018 à 12:09

vous êtes très durs là !!!
il était pas si mal, pourtant je suis un fan d’Indiana, j'espérais même un 3ème opus.

Sharko
30/09/2018 à 22:02

Sandy Gillet me manque ansi que tous les anciens d'Ecranbarges et le forum où on s'amusait.

Shadow
30/09/2018 à 20:22

Je l'ai trouvé bien sympa ce BG.

jorgio69
30/09/2018 à 19:14

On retourne même devant le crâne de cristal :D ??

votre commentaire