Critique : Ordo

Stéphane Argentin | 31 août 2004
Stéphane Argentin | 31 août 2004

La célébrité peut-elle changer radicalement une personne ? Telle est la question que pose Ordo, film de Laurence Ferreira Barbosa, par l'intermédiaire de son militaire éponyme interprété par Roschdy Zem. Une interrogation sur laquelle s'attardait déjà Le rôle de sa vie, de François Favrat, il y a peu de temps. À la différence que l'assistante personnelle (Karin Viard) y rencontrait une Elisabeth Becker (Agnès Jaoui) déjà célèbre. Ici, Roschy Zem retrouve son ex-femme, l'anonyme Estelle, propulsée au rang de star sous le pseudo de Louise Sandoli (Marie-Josée Croze). Et il se demande chaque jour si les deux femmes sont bien la même personne...

Des doutes judicieusement mis en images lors des scènes de miroir, objet cinématographique par excellence pour illustrer la double personnalité, ou encore les « matages » aquatiques nocturnes vus, dans un cas comme dans l'autre, à travers les yeux d'Ordo, qui tente de percer à nu cette énigme. Mais passé leur premier emploi, ces deux concepts flottent à la surface, n'apportant malheureusement plus rien au récit. Le film stagne alors jusqu'à son détonnant dîner final, où toutes les vérités éclatent enfin au grand jour, en présence de la toujours excellente Marie-France Pisier, au diapason avec les interprétations de Roschdy Zem et Marie-Josée Croze. Dommage que, le reste du temps, Ordo fasse du surplace autour de concepts saillant parfaitement à l'atmosphère d'un film très généreusement photographié.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire