Bullet Train : critique qui reste à quai

Antoine Desrues | 1 août 2022 - MAJ : 02/08/2022 22:30
Antoine Desrues | 1 août 2022 - MAJ : 02/08/2022 22:30

Faute de blockbusters originaux cet été (à l’exception notable de Nope), Bullet Train a forcément titillé la curiosité de la rédaction. Brad Pitt, des tueurs, et un train à grande vitesse : voilà une équation qui ne pouvait qu’exciter, malgré la présence à la réalisation de David Leitch (Atomic Blonde, Deadpool 2). Pas de chance, la locomotive déraille bien vite.

Par Pitt-ié

Dans la première scène de John Wick 2, Chad Stahelski projette sur la façade d’un immeuble new-yorkais un extrait de Sherlock Jr. de Buster Keaton. Alors que le son d’un véritable crash se superpose sur la cascade hallucinante du roi du cinéma muet, le réalisateur appuie sa note d’intention : un retour à la pureté des premiers temps, et à leur viscéralité.

 

 

Si Stahelski ne cesse de rendre justice à cette approche, qui a permis au cinéma d’action contemporain de retrouver une scénographie plus claire, aérée et lisible, on ne peut pas en dire autant de son comparse David Leitch. Co-réalisateur du premier John Wick, Leitch a surtout été un cascadeur reconnu aux côtés de Stahelski, avant que les deux bougres ne créent 87North (anciennement 87Eleven), une boîte spécialisée dans la conception de scènes d’action.

 

Bullet Train : Photo Brad PittParce qu'il le vaut bien

 

Mais en allant tracer sa route avec Atomic Blonde et Deadpool 2, Leitch a prouvé qu’il était moins doué que son collègue, sacrifiant le crescendo émotionnel de ses scènes de baston pour quelques effets tape-à-l'œil et une ironie embarrassante. Néanmoins, on pouvait espérer avec Bullet Train un film d’action amusant au vu de son unique décor, ce train à grande vitesse japonais dans lequel une bande de tueurs déjantés se massacre pour la récupération d’une mallette.

Mieux encore, les références communes de Stahelski et Leitch auraient pu faire croire à un retour salvateur vers un cinéma old-school, ramenant le train à ce qu’il a toujours été : l’une des figures de proue d'un septième art fasciné depuis ses débuts (L’Arrivée d’un train en gare de la Ciotat) par la vitesse et la mécanique. Forcément, on en revient à Buster Keaton et à son indispensable Mécano de la General.

 

Bullet Train : photo Brian Tyree Henry, Brad PittQuand tu négocies l'usage de la seule prise électrique

 

Train de nuit pour l'ennui

Pas de bol, David Leitch a préféré chercher son inspiration ailleurs, pour un gloubi-boulga infernal qui mixe du sous-Guy Ritchie avec le cynisme de Deadpool. Dès ses premières minutes, où un Brad Pitt anxieux grimace comme Louis de Funès avec un bob sur la tête, on comprend que Bullet Train a l’intention de transformer son protagoniste en vaste blague, justement largué dans une intrigue dont il ne comprend jamais les enjeux.

À partir de là, le film se contente de platement agencer des clichetons de cinéma éculés en se dédouanant à coups de clin d’œil. C’était déjà le problème de Deadpool (et encore plus de sa suite) : pointer du doigt des facilités d’écriture n’excuse en rien leur emploi. Tout au plus, la démarche n’en est que plus bête et détestable.

 

Bullet Train : photo Brian Tyree Henry, Aaron Taylor-JohnsonLa ligue des gentlemen pas très extraordinaires

 

Le problème, c’est que Bullet Train est constamment sur ce mode pseudo-cool, aussi irritant qu’un ado bourgeois persuadé d’être rebelle parce qu’il fume une clope de temps en temps. Apparitions ringardes des noms des personnages tendance Suicide Squad, flashbacks introduits dans le montage n’importe comment et set-up/pay-off surexpliqués, le long-métrage n’a aucune confiance dans sa mise en scène, malgré l’implication évidente de ses comédiens. La classe intersidérale de Brad Pitt aide bien entendu à sauver l’ensemble par instants, mais on ne peut qu’être déçu de voir Aaron Taylor-JohnsonBrian Tyree Henry ou encore Joey King se contenter d’incarner de vagues silhouettes réduites à peau de chagrin.

Sur ce point, la proposition souffre surtout de ses dialogues ouvertement neuneus, comme une version mal dégrossie d’un Tarantino ou d’un Roger Avary. Là encore, connecter des personnages par l’absurdité de leurs interactions ne suffit pas à tirer de l’ensemble un postulat fun et iconoclaste.

Ce qui marche dans le cinéma de Tarantino, c’est l’authenticité qui se dégage de ses rebonds narratifs, de ses dialogues qui enchaînent les idées en sautant faussement du coq à l’âne. Ici, c’est le minimum syndical, si ce n’est une vanne (très) reloue et répétée autour de l’importance de Thomas le train.

 

Bullet Train : photo Aaron Taylor-Johnson, Brad PittAttention, une scène amusante

 

Film de gare

Pour autant, en prenant l’allure d’un rêve mouillé d’ado edgy auto-satisfait, Bullet Train aurait pu au moins assumer sa dimension nawak, et lâcher la bride dans des séquences d’action inspirées. Malheureusement, David Leitch ne sait pas quoi faire de son décor, réduit à trois pauvres wagons vaguement différenciés. On sauvera bien une petite scène d’action rigolote où le silence est d’or, mais le film donne la désagréable impression de poser deux-trois idées cools sans jamais les traiter en profondeur.

Il faut tout de même attendre la fin du film pour que le train soit utilisé à son plein potentiel, en coupant des gens en deux par sa vitesse et en faisant péter les wagons. Certes, à ce moment-là, on n’attendait plus vraiment un hommage vibrant à Buster Keaton, mais au moins un film d’action conscient des possibilités de son concept, à l’instar du récent Dernier train pour Busan (pour ne citer que lui).

 

Bullet Train : photo, Hiroyuki SanadaPauvre Hiroyuki Sanada, aussi inutile que dans Mortal Kombat

 

Le personnage de Brad Pitt a beau être un roi de l’improvisation, il n’a jamais vraiment l’opportunité d'accaparer le décor, d’autant qu’il fait face à une galerie de tueurs fendarde mais cruellement sous-exploitée (au point que la mort précipitée de certains devient un running-gag). On sent bien que David Leitch se rêve ici en héritier de Jackie Chan, mais Bullet Train n’en est que le vague cousin issu d’un inceste cradingue.

Le climax et la photographie chatoyante de Jonathan Sela ont beau faire illusion, difficile de ne pas s’exaspérer devant une médiocrité qui se voudrait presque attrayante. On en aurait presque oublié que David Leitch a également réalisé le pathétique Hobbs & Shaw, spin-off de Fast & Furious entièrement régi par son second degré. De caméo nul en twist indigent, Bullet Train s’engouffre dans le même moule, et confond l’énergie pulp dont il voudrait s’inspirer avec une ironie qui n’a plus rien à raconter. Dans le domaine, revoyez plutôt le génial Mi$e à prix de Joe Carnahan.  

 

Bullet Train : Affiche officielle

Résumé

Feignant, et incapable d’exploiter son concept plutôt intrigant, Bullet Train est un énième film d’action Deadpoolo-tarantinesque exaspérant. Brad Pitt et David Leitch s’amusent sur quelques séquences, mais tout est plombé par son ironie, censée pallier la crétinerie d’un scénario torché par un lycéen alcoolique.

Autre avis Geoffrey Crété
Le fond de tiroir du sous-Tarantino, du sous-Guy Ritchie et du sous-John Wick, qui ressemble à une interminable blague lourdingue. Garanti 5% d'action (ratée) et 95% de bavardages (insipides).
Autre avis Mathieu Jaborska
Derrière la promesse d'un film d'action décontracté, une compilation de punchlines périmées depuis 10 ans, l'obligatoire avalanche de caméos autosatisfaits, des effets de style piqués à droite à gauche... Et la baston dans tout ça ?
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.9)

Votre note ?

commentaires
Icarus
15/08/2022 à 19:14

Divertissement plutôt correct et fidèle au bouquin.

Quelques décisions intéressantes, comme de rattacher le personnage du Prince à la Mort Blanche et de varier les origines des tueurs (j'entends pas la Police du white washing arriver, faut croire que les Asiats, c'est moins grave ? )

Thomas le train est partie intégrante du bouquin, ca m'a carrément moins gêné que le côté new age de Pitt.

Koji est trop peu présent, mais si ca lui ouvre la porte de Ghost Of Thushima, je prends.

Celinet
11/08/2022 à 17:21

Tellement d'accord avec tous ces avis. Quel ennui ! Ce film a des années de retard. Le style, les dialogues d'adolescent plutot masculin !!! Le scenario revu, vu, revu... AHHH . Quel manque d'imagination. Je me suis plus marrée avec 'L'année du requin" dans le genre remake assumé, potache!!!

Marc
09/08/2022 à 12:41

Un film de plus vu est déjà oublié ! aussi vite que le train a grande vitesse.Bullet train très inspiré de kill Bill on présente les personnages avec leur Speudo sa ce fight l'histoire n'a aucun sens. Bratt Pitt en forme de l'humour mais qu'il est long à arriver ce train.

Blockbuster
08/08/2022 à 07:34

Ouch que c'est laborieux, du déjà vu dans l'ensemble et malgré les apparences, j'ai trouvé le film bien mou, beaucoup de dialogues inutiles, les grosses vignettes pour présenter chaque personnage, les flash-back incessants, un humour décalé mais un peu lourd, des effets spéciaux moyens. Point positif, les acteurs, tous bons. J'attendais de voir Andrew koji à l'œuvre mais je trouve que le scénario n'a pas servi à l'acteur, c'est dommage. (Terrible dans la série warrior).

Dateuss
07/08/2022 à 13:53

La cool attitude de Pitt lui va à merveille. Film d'action - comédie sympa et fun. Les effets spéciaux de la fin avec le train piquent un peu mais sérieusement on ressort du film l'esprit léger. Ceux qui ont compris l'esprit du film ne se sont pas non plus pris au sérieux....et ça marche !

Pour ceux qui ne l'ont pas accepté pour ce qu'il est ben c'est dommage et frustrant... pour vous.

Chris11
06/08/2022 à 18:25

Vu au ciné, et je me suis bien amusé. Il y a clairement un style Guy Ritchier là dedans, c'est sympa, drôle, et assez fun voire déjanté. Juste, certains passages auraient pu être simplifiés voire zappés car peu utiles et l'ensemble du film est quand même assez long.
Sandra Bullock toujours aussi effrayante avec son visage de femme de 20 ans totalement inexpressif.

Carlo
04/08/2022 à 23:35

Rien que l'affiche à la française, avec la tête d'affiche et les seconds couteaux qui prennent la pose ça donne pas envie.

Dateuss
03/08/2022 à 15:26

Je ne l'ai pas encore vu, mais de ce que j'en lis, il semblerait qu'il s'agisse simplement d'une comédie d'action. Rien de plus. C'est un style ou catégorie qu'on aime ou pas à la base. Mais il me semblerait malhonnête de le juger sur des bases qu'il ne se revendique pas. C'est comme si on jugerait le style Marvel sur une base DC. Et puis voir Pitt qui ne se prend pas au sérieux dans un film c'est un signe - à mon avis - d'ouverture d'esprit, à d'autres concepts. Peut être que je vais être déçu samedi quand je vais le voir, mais je suis étonné que certains ''burn'' le film parce qu'il aurait un côté barre, alors que ce serait quelque chose de voulu ... justement!

Sacha
03/08/2022 à 10:10

moi je suis allé le voir hier soir, j'ai beaucoup aimé. Frappa-dingue et déjanté, mais pas que. J'ai passé un bon moment !

Cobra2008
03/08/2022 à 08:07

j'ai pas du voir le même film que la rédaction. Perso j'ai bien aimé, le côté décalé, sous guy ricthi, perso , j'ai bien aimé. c'est le genre de film avec lequel tu passes un bon moment sans prise de tête et ou tout est invraisemblable mais c'est le but.
alors, oui la fin what the fuck (et mal faite en cgi) mais on rigole bien et c'est pas le but du cinéma, divertir et permettre aux gens de s'évader le temps d'u film :-)

Plus
votre commentaire