Le Secret de La Cité Perdue : critique à la poursuite du diamant berk

Geoffrey Crété | 20 avril 2022 - MAJ : 03/05/2022 08:36
Geoffrey Crété | 20 avril 2022 - MAJ : 03/05/2022 08:36

Que se passe-t-il quand Sandra Bullock et Channing Tatum se retrouvent perdus dans la jungle, entre un Daniel Radcliffe énervé et un fabuleux trésor caché ? Pas grand-chose. C'est Le Secret de La Cité Perdue, une comédie très dispensable réalisée par Aaron et Adam Nee, qui fait comme si À la poursuite du diamant vert n'existait pas.

wild wild vert

Comment rater un film pourtant si simple à réussir, a priori ? La vieille formule de la comédie romantique d'aventure a donné plus de navets qu'autre chose, mais puisqu'elle repose avant tout sur les acteurs, il y avait de quoi espérer, avec Sandra Bullock et Channing Tatum. Elle n'a plus à prouver qu'elle est un moteur comique nucléaire, et il a brillé dans 21 Jump Street et sa suite. Leur duo promettait des étincelles faciles, surtout avec une telle histoire.

Sandra Bullock est une romancière désabusée, spécialisée dans les récits d'aventure mi-érotiques mi-neuneu, type 50 nuances de jungle. Channing Tatum est un mannequin plus ou moins débile, devenu une star en posant avec la perruque de Thor pour les couvertures de ces livres. Ils ne s'aiment pas, mais suite à leur rencontre avec un milliardaire fou, qui pense que l'écrivaine peut l'aider à trouver un trésor perdu, ils se retrouvent perdus dans la jungle, sur une île sauvage.

Ça ressemble au film culte À la poursuite du diamant vert, avec Kathleen Turner en romancière embarquée malgré elle dans l'aventure de la jungle ? Ce n'est que le début, puisque le vrai-faux secret de cette Cité perdue est son air de quasi-remake (raté) du classique réalisé par Robert Zemeckis, où la citadine Joan Wilder portait des talons hauts dans la boue. Il y a beaucoup trop de similitudes pour ne pas avoir la dent dure contre cette comédie fadasse, mais le film n'a même pas besoin de ça pour exaspérer.

 

The Lost City : photo, Sandra Bullock, Channing TatumEn quête de l'humour

 

sandra balek

Le scénario du Secret de la Cité perdue sent la poussière, et c'est normal : il traînait depuis des années dans les tiroirs des studios, et Sandra Bullock l'avait refusé. Jusqu'à ce que Paramount lui donne quasi carte blanche pour se l'approprier, et qu'elle amène la productrice Liza Chasin (dont le CV va de Baby Driver à Cats) et la scénariste Dana Fox (Cruella) pour une touche de modernité. Difficile de savoir où la magie est censée avoir opéré, mais une chose est sûre : le film est beaucoup trop confortable pour l'actrice.

Le rapport aux clichés féminins, l'arrogance face au bellâtre, quelques gags de screwball comedy : Sandra Bullock n'a aucun défi à relever. Elle traverse cette Cité perdue sans le moindre effort et donc, sans la moindre petite folie. Face à elle, Channing Tatum dépense beaucoup (plus) d'énergie, mais dans un rôle de faux neuneu là encore trop dans ses cordes. Les rôles sont tellement taillés à la mesure des deux acteurs, que le spectacle est complètement plat. Si la comédie est une histoire de risques, c'est ici l'assurance zéro dérapage.

 

Le Secret de La Cité Perdue : photo, Sandra BullockUnchartiède

 

C'est d'autant plus tragique qu'un tel film ne repose sur rien d'autre que l'énergie et l'alchimie de ses acteurs. Et inutile de compter sur les seconds rôles pour aider. Daniel Radcliffe n'a ni le temps ni l'occasion d'être en roue libre, puisqu'en tant que grand méchant, il doit d'abord dérouler l'intrigue et les enjeux - les yeux écarquillés, et avec option rire ridicule, pour l'honneur.

Dans le rôle de la manageuse qui cherche l'héroïne, Da'Vine Joy Randolph a plus de (mal)chance : elle a droit à sa sous-intrigue, aussi insupportable qu'inintéressante. Entre sa mamie portée sur le soft porno, le béguin d'un pilote baveux et ses péripéties diverses, ce second rôle au bord de la crise de nerfs est l'équivalent du reflux gastrique en plein McDo, toujours susceptible de venir empirer un repas déjà bien fade. Jusqu'à la toute fin, elle intervient pour ralentir une aventure déjà bien molle, et touche du bout des doigts le pire de la comédie sans aucun rythme ni idée.

 

Le Secret de La Cité Perdue : photo, Da'Vine Joy RandolphHumour low cost

 

brad pitié

La présence de Brad Pitt, à cheval entre le caméo de luxe et le second rôle, est peut-être le meilleur aveu de faiblesse. La valeur comique de ce gourou-mercenaire-fantasme repose uniquement sur la vague auto-parodie de l'acteur, digne d'un long sketch du Saturday Night Live. Interprété par un autre, ce serait parfaitement insipide. Avec lui, c'est une gigantesque diversion, qui arrive tellement tôt que le film se tire une balle dans les deux pieds.

Brad Pitt amène une petite dose d'absurdité bienvenue, qui manque justement et cruellement au film par la suite. Car après le running gag de la combinaison rose, qui donne lieu à une chute (rires) amusante, et l'idée de bloquer l'héroïne sur une chaise pendant deux poursuites, il n'y a plus rien.

La fausse bonne idée de Brad Pitt représente le parfait néant de la comédie (et Hollywood) : le public doit rire à l'extérieur du film, non pas parce que le scénario est drôle, mais parce que le système se touche et l'invite à la fête (Sandra Bullock a en plus expliqué que Brad Pitt et elle ont la même coiffeuse, qui a servi d'entremetteuse : elle lui a parlé de ce petit rôle, et l'a convaincue de remplacer Lady Gaga dans Bullet Train). La scène post-générique, probablement écrite, filmée et montée entre deux apéros, est en l'ultime démonstration. Ou quand la nullité et la stupéfaction s'allient pour un moment de gêne indescriptible.

 

The Lost City : photo, Sandra Bullock, Brad PittBrad pitre

 

jungle spleen

Mais la pire erreur du Secret de la Cité perdue est de compartimenter les choses. Ce n'est pas une comédie romantique d'aventure : c'est parfois une comédie, parfois une romance, parfois une aventure, et rarement tout ça à la fois. L'humour est concentré sur la première partie du film, avant que le premier degré n'envahisse la jungle. Les gags (mal rythmés) et blagues (basiques) deviennent des roues de secours, pour avancer dans des tunnels de dialogues sirupeux. Cul nul et chaise collante disparaissent alors dans des océans de banalités, sans la moindre malice.

L'apothéose est naturellement le climax, ramassis de nunucherie qui clôture ce récit sur le deuil, aussi fin que la couche de fond de teint de Sandra Bullock. La scène où l'héroïne se libère en jetant son alliance dans la tombe, avant de plonger pour fuir l'apocalypse, et renaître de l'autre côté, était du pain béni pour une comédie sérieusement drôle. Mais ici, elle est sérieusement filmée, écrite et interprétée. Ce qui est d'autant plus délirant que le grand méchant se demandait justement en hurlant pourquoi tant d'argent et de temps avaient été dépensés pour une métaphore aussi bête - soit la meilleure note d'intention de ce film à 70 millions de dollars.

 

Photo Channing Tatum, Sandra BullockQuand tu veux sortir de la salle de cinéma

 

Dans une autre scène, le beau gosse musclé et gentiment demeuré remet l'héroïne élitiste à sa place : "Tu ne peux pas mépriser ce que tu fais, parce que ça touche beaucoup de gens ! On ne devrait pas avoir honte de quelque chose qui plaît autant !". Entre cri à l'aide et cynisme effroyable, c'est une triste autopsie de l'industrie hollywoodienne : incapable de véritablement décoiffer ses vedettes et rire d'elle-même, mais toujours prête à donner de petites leçons de vie (et de morale) pour camoufler sa médiocrité crasse.

 

Le Secret de La Cité Perdue : Affiche française

Résumé

Sandra Bullock et Channing Tatum ne peuvent pas sauver cette poussiéreuse cité perdue, qui ressemble à un mauvais remake d'À la poursuite du diamant vert, et se prend tellement au sérieux qu'elle donne plus envie de pleurer que rigoler.

Autre avis Antoine Desrues
Jamais filmé, jamais rythmé, ce Secret de la cité perdue s'impose comme une comédie aussi vaine que ringarde. Le pire, c'est qu'on voit le léger potentiel WTF de l'ensemble, sacrifié par la médiocrité de son exécution.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.5)

Votre note ?

commentaires
lucybelze
23/05/2022 à 01:10

Fallais absolument que je dise ce commentaire.... C'est un navet absolu qui m'a même pas décroché un sourire.

Geoffrey Crété - Rédaction
03/05/2022 à 08:36

@Emeth

Tout à fait ! Erreur corrigée.

Emeth
03/05/2022 à 00:17

"où la citadine Joan Wilder portait des talents hauts dans la boue." Il ne s'agirait pas plutôt de talons hauts au début de l'article ?

Marc
29/04/2022 à 20:09

Un navet comme on fait plus . Entre parodie histoire de trésor cachés mais quel perte de temps.

Ash77
21/04/2022 à 18:01

Vu ce matin. Agréable divertissement, il faut prendre ce film pour ce qu'il est, ni plus ni moins. Ce n'est ni un chef d'oeuvre ni un navet. C'est sûr il y a beaucoup de choses désagréables mais je préfère garder à l'esprit le positif: acteurs sympas, lieux dépaysants, une fin charmante.
Après je dis pas que d'ici quelques temps j'aurais peut-être oublié ces images...

Sandrine et Pascal
21/04/2022 à 17:01

Sandra Bullok est d'une telle beauté... Presque à coupé le souffle. Actrice qui joue très bien tous ses films et séries. Une vrai valeur sur, Nous iront voir son dernier film mais sommes très déçu qu'elle arrête sa carrière alors qu'elle parait encore si jeune...

Aucune actrice ne lui arrive à la cheville et surtout pas Nicol Kidman, qui est beaucoup moins naturel

Vesna Green
21/04/2022 à 14:48

Sandra Bullock on dirait qu'elle a de la cire sur la gueule c'est dingue la chirurgie ... Quand tu compares elle a moins de rides qu'il y a 10 ans mdr illogique. Dommage de toujours aller dans l'excès...

Tim31
21/04/2022 à 06:44

Du Netflix... du téléfilm du lundi après midi. Du direct to vidéo des années 90...

Bérénice de Vierson
20/04/2022 à 20:16

Sandra Bullock, véritable éclat de jasmin en ces temps troublés.

Sachez que, pour les langue de serpent qui critique Sandra bellock ici, elle a fait très peu de chirurgie malgré ses 60 ans.

Elle a simplement un rythme de vie sain et pratique le yoga.

N'en déplaise à ceux qui sont jaloux de sa beauté et de son talent...

C'est une actrice tout simplement incroyable, qui traverse les décennies avec son talent comme nous traversons la route à pied.

Son dernier film sur Netflix est incroyable et m'a ému aux larmes.

Simon Riaux - Rédaction
20/04/2022 à 15:51

@T.

Personne n'a dû être très difficile à convaincre.


Bullock est une icône aux USA, avec la réputation de choisir avec flair les longs-métrages qu'elle interprète et/ou produit. C'est le cas ici, puisque c'est sa boîte qui fabrique le film, pensé sur mesure pour elle. Ce qui fait de la Cité Perdue un projet très excitant pour Radcliffe à la carrière en déroute, et un Tatum qui manque de rencontre avec le grand public ces dernières.

Et le résultat au box-office tend hélas à valider ce raisonnement.

Plus
votre commentaire