Spencer : critique d'un cauchemar royal sur Amazon

Alexandre Janowiak | 17 janvier 2022 - MAJ : 17/02/2022 21:11
Alexandre Janowiak | 17 janvier 2022 - MAJ : 17/02/2022 21:11

Après Neruda et Jackie, le réalisateur chilien Pablo Larraín continue à explorer le genre du biopic en s'intéressant cette fois à la figure de Lady Diana dans SpencerPassé par la Mostra de Venise 2021 dont il est revenu tristement bredouille, le long-métrage mené par une Kristen Stewart à son meilleur débarque sur Amazon Prime Video en France.

PORTRAIT D'UNE PRINCESSE EN PLEURS

"Where the fuck am I ?" sont les premiers mots de la Lady Diana de Kristen Stewart. Perdue dans les plaines britanniques au bord de sa Porsche, Diana Spencer cherche sa route pour retrouver le château dans lequel elle doit passer Noël aux côtés de la famille royale. Et sa première phrase en dit déjà long sur ce que Spencer racontera sur la célèbre princesse. Alors qu'elle est littéralement en train de chercher le bon chemin, le spectateur comprend qu'il va s'engouffrer dans les abimes d'une princesse qui ne sait plus où elle est.

Enfin, non, Lady Diana a parfaitement conscience de là où elle se trouve physiquement lorsqu'elle débarque au château de Sandringham. Cependant, elle a le sentiment de ne pas savoir ce qu'elle y fait, de ne pas savoir pourquoi elle y est, et finalement, de ne plus savoir qui elle est elle-même, de ne plus savoir qu'elle est sa place dans la famille royale, dans le monde. Elle qui est véritablement perdue dans la campagne anglaise dans les premières minutes du film est surtout complètement égarée mentalement.

Cette errance existentielle, Pablo Larrain va en faire son point central. Car le Chilien sait pertinemment qu'il ne peut pas vraiment raconter quelque chose de nouveau sur la princesse Diana, elle qui a été au coeur de tant de documentaires, de reportages, d'oeuvres littéraires, fictions télévisées... Loin de lui l'idée de faire de Spencer un énième biopic donc, mais plutôt d'en réaliser "une fable inspirée d'une véritable tragédie" comme l'annonce le panneau d'ouverture.

 

Spencer : Photo Kristen StewartEspérer être au volant de son propre destin

 

THE HAUNTING OF ILL DIANA

Ainsi, Spencer raconte le faux conte de fées de Diana. Le fameux rêve de princesse d'une petite fille s'est peu à peu transformé en cauchemar. Cette fable où le prince charmant n'est pas tant un sauveur qu'un oppresseur, où la solennité des lieux est si froide qu'elle en devient invivable, où le poids des traditions devient impossible à porter et où le moindre espoir de liberté est réduit à néant par le contrôle permanent (cette ambiance militaire jusqu'aux cuisines).

Au milieu de cette rigueur, se trouve donc Diana, enfermée, brisée. À l'image de Jackie avec le personnage de Jackie Kennedy, le réalisateur (grâce au scénario de Steven Knight) va revenir sur le destin tragique d'une figure historique (et toujours féminine après Jackie et Ema) écrasée par le fardeau d'une légende la dépassant. En faisant de Lady Diana le centre de presque tous ses plans, le long-métrage immerge le spectateur dans l'âme en détresse de Diana (entre troubles du comportement alimentaire et dépression) et l'oblige presque à faire corps avec son esprit.

 

Spencer : Photo Kristen StewartLes fantômes rôdent

 

Le moyen de subir aux côtés de la princesse son mal-être permanent, elle qui ne semble trouver une once de bonheur qu'à travers le regard de ses deux enfants (et de sa confidente incarnée par la délicate Sally Hawkins). Mais le cinéaste va prendre des routes plus sinueuses encore. Car en plus d'être un véritable thriller psychologique, Spencer va très vite explorer d'autres contrées.

Dans un délire surréaliste, Spencer prend des airs de pur film d'épouvante, voire d'horreur radicale. Nombre de séquences ne sont pas sans rappeler la démence de Jack Torrance dans l'Overlook Hotel de Shining. Les couloirs semblent se refermer sur eux-mêmes, les balades nocturnes dissimulent des ombres curieuses et la brume prend peu à peu possession des lieux, étouffant un peu plus l'atmosphère déjà glaçante. Difficile même de distinguer le vrai du faux dans ce huis clos oppressant.

De cette apparition d'une Anne Boleyn fantasmée à celle de l'étrange écuyer Gregory dans une chambre froide en passant par cette famille royale quasi-absente, de multiples fantômes semblent peupler les lieux (ce panneau remarquable dans la cuisine où l'on nous indique "qu'ils nous entendent"). Indiscutablement, irréel et réel ne font presque qu'un dans Spencer, éclipsant les frontières de l'ordinaire pour se muer en oeuvre hors du commun.

 

Spencer : Photo Kristen StewartDerrière la vie fortunée, des rêves ruinés

 

SHINING STEWART

Avec une maestria technique impressionnante, bien aidé par le travail incroyable de la chef opératrice française Claire Mathon et la musique spectrale tantôt stridente, tantôt jazzy de Jonny Greenwood (un des meilleurs compositeurs du moment), Pablo Larrain dépeint ainsi les craintes et le malheur de son héroïne incomprise. Et pour être honnête, la froideur de son dispositif, aussi grave que l'atmosphère royale, aura de quoi décontenancer. Pour certains, le long-métrage pourra même paraître lourd, sursignifiant. Il faut avouer que le Chilien a un amour démesuré pour les métaphores et allégories.

Entre un épouvantail symbole d'une âme à l'arrêt, une maison en ruine symbole d'un passé perdu, des rideaux cousus symbole d'une perte de liberté ou inversement, une escapade finale en voiture comme symbole d'une liberté retrouvée... tout est allégorique dans le film de Pablo Larrain. Alors évidemment, beaucoup pourront y voir un exercice de style un peu futil, possiblement grandiloquent, agaçant, voire ennuyeux.

 

Spencer : Photo Kristen StewartUn envol si fantasmé

 

Pourtant, Spencer est tout le contraire à partir du moment où l'on accepte de s'y plonger avec le même désarroi envahissant Lady Diana. Car derrière cette foison de métaphores surréalistes, il se cache une immersion presque cathartique dans l'esprit torturé d'une figure aussi célèbre que ses névroses ont été mises de côté par l'Histoire. Une descente cauchemardesque aux sous-textes aussi multiples que les fantômes déjouant les perceptions de cette Lady Di, qui attendait seulement qu'un miracle se produise pour enfin s'envoler vers une autre destinée. Une Diana d'ailleurs sublimement incarnée par Kristen Stewart.

L'actrice parvient, avec un talent dévastateur, à s'emparer de ses mimiques jusque dans ses derniers retranchements. Entre un quasi-surjeu volontaire dans les scènes avec le monde extérieur pour appuyer le rôle que jouait elle-même la princesse devant le public ou les paparazzis et une délicatesse naturelle lors de ses parenthèses enchantées avec ses fils (les plus belles scènes du film), Kristen Stewart y trouve le rôle le plus marquant de sa carrière. Mieux encore, elle porte indiscutablement le souvenir de la princesse décédée réussissant à ressusciter autant sa fragilité que ses impossibles désirs de liberté. Déchirant.

Spencer est disponible sur Amazon Prime Video en France depuis le 17 janvier 2021

 

Spencer : Affiche française

Résumé

Spencer est une plongée bouleversante dans l'âme en détresse et incomprise de Lady Di entre fantômes du passé, cauchemar du présent et fantasme d'un futur impossible. Le chef d'œuvre de Pablo Larrain et le plus grand rôle de Kristen Stewart, déchirante.

Autre avis Geoffrey Crété
Spencer se traverse comme un rêve fiévreux, qui passe des ténèbres à la lumière avec une liberté déconcertante. Pablo Larraín et Kristen Stewart planent sans demi-mesure, quitte à aller trop loin, mais toujours pour tutoyer des sommets de sensibilité.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.6)

Votre note ?

commentaires
ludivine
31/01/2022 à 22:56

trop nul, ennuyant

Azou
20/01/2022 à 21:31

Je trouve le film plutôt inutile. La détresse de la bourgeoisie en CHANEL… MY GOD !

Birdy en noir
19/01/2022 à 23:43

Je confirme, si on accepte que cette lenteur est nécessaire, qu'on se laisse enfermer avec Lady Di dans ce château, à guetter une fenêtre ouverte, une bouffe d'oxygène, on ne peut pas ressortir de ce film sans une once d'admiration pour la cohérence du tout. Quel film. Quelle actrice. J'espère que son état de grâce la portera vers les rôles qu'elle mérite. Incandescente, fragile, rêveuse, perdue, effondrée puis radieuse, waow. Je suis soufflé.

Zedd
18/01/2022 à 20:54

J'ai trooop trop aimé, je m'attendais pas du tout à retrouver du Shining et du Haunting of Hill House dedans, mais c'était pour le mieux ! Kristen Stewart, captivante et incroyable du début à la fin.

Kouak
18/01/2022 à 11:05

Bonjour,
"Quelle bande son en prime."
C'est un peu normal pour Amazon...Prime... ;-)

Spounto
18/01/2022 à 09:28

Magnifique film. Certainement le plus beau hommage donnée à Diana. Quelle bande son en prime.

Oliviou
18/01/2022 à 08:36

Très Shilling, en effet. Très maison hantée. Très inattendu et à la fois, sans doute très juste dans la psyché. d'une tristesse absolue, aussi, comme les meilleures histoires de maisons hantées.

Sanchez
18/01/2022 à 00:49

J’ai été traumatisé par Jackie que j’ai vu en lendemain de cuite. Ce fut un véritable calvaire tant c’était chiant, est ce que Spencer ressemble à Jackie dans le style ?

cv
17/01/2022 à 22:57

ah bon ? je croyais qu' amazon ne ferait que des daubes ( the expanse ) bien ca alors

Alexandre Janowiak - Rédaction
17/01/2022 à 20:33

@Albini

Ma foi, revoyez Shining et Spencer dans la foulée si vous n'avez rien remarqué. Entre les rencontres nocturnes, les discussions avec le personnel (l'écuyer dans la chambre froide pour Spencer, le serveur du bar de l'hôtel dans Shining), la chambre froide d'ailleurs, le fait que l'ensemble se passe en hiver, les couloirs interminables et surtout cette foutue scène de salle de bains et sa révélation avec le miroir (en parfait écho de celle(s) de Shining), il y a énormément de références, c'est plus qu'une évidence (et pas vraiment de la branlette...).

Bonne soirée,

Plus
votre commentaire